Lettre du Rwanda a Ban Ki Moon / Collaboration entre les FDLR et la Bde d’intervention de l’ONU

Lettre datée du 9 juillet 2013,
adressée au Président
du Conseil de sécurité
par le Représentant permanent du Rwanda
auprès de l’Organisation des Nations Unies

D’ordre du Gouvernement rwandais, j’ai l’honneur de porter à votre connaissance les agissements et comportements récemment observés au sein de la brigade d’intervention de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO), que mon gouvernement juge très préoccupants.

Comme vous le savez, le Rwanda a soutenu l’adoption de la résolution 2098 (2013) du Conseil de sécurité autorisant la création et le déploiement d’une brigade d’intervention au sein de la MONUSCO. Cette résolution nous semblait en effet aller dans le sens de la paix et de la stabilité dans la région, et la brigade d’intervention nous semblait un moyen efficace de décourager la reprise des violences, en attendant que les efforts déployés aux niveaux régional et international débouchent sur un règlement politique.

Des sources dignes de foi indiquent cependant que, depuis leur arrivée sur le terrain, certains éléments de la brigade d’intervention de la MONUSCO se livrent à des activités contraires à leur mission et aux intérêts de la paix et de la stabilité dans la région.

Tout d’abord, des commandants de la brigade d’intervention des rangs les plus élevés ont rencontré à plusieurs reprises leurs homologues des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) avec lesquels, d’après les informations crédibles, fiables et détaillées dont dispose le Gouvernement rwandais, ils ont évoqué différentes formes de collaboration tactique et stratégique. Leurs agissements, qui laissent entendre qu’ils favorisent l’un des groupes armés dont ils sont censés décourager les activités militaires, sont très préoccupants.

On observe ensuite, de manière tout aussi préoccupante, des cas de collaboration entre les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et les FDLR, souvent au vu et au su de certains membres de la brigade d’intervention, voire avec leur accord. Nous sommes en possession d’informations fiables faisant état de plusieurs cas, dont certains cautionnés par les commandants de la brigade d’intervention, d’intégration d’unités ou de commandants des FDLR aux unités de commandos des FARDC près de la frontière rwandaise.

Enfin, les cas de livraison aux FDLR de grandes quantités d’armes et de munitions par des officiers des FARDC se sont multipliés, au vu et au su des commandants de la brigade d’intervention.

Les activités et comportements évoqués ci-dessus, qui sont pris très au sérieux par mon gouvernement, constituent non seulement une grave menace à la sécurité de mon pays mais remettent également en cause la crédibilité de la MONUSCO et de ses activités de maintien de la paix.

Toute arrière-pensée motivée par des intérêts politiques ou économiques, comme cela semble être le cas ici, nuira à la mise en œuvre de l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération en République démocratique du Congo et dans la région.

Les informations contenues dans la présente lettre ont été communiquées au Secrétaire général dans la lettre datée du 8 juillet 2013 que lui a adressée la Ministre des affaires étrangères et de la coopération, Louise Mushikiwabo.

Je vous serais obligé de bien vouloir faire distribuer le texte de la présente lettre comme document du Conseil de sécurité.

L’Ambassadeur,
Représentant permanent
(Signé) Eugène-Richard Gasana

READ ALSO; RWANDA ARMY WARNS DRC

One thought on “Lettre du Rwanda a Ban Ki Moon / Collaboration entre les FDLR et la Bde d’intervention de l’ONU

  1. La plus grande dictature du monde, la RDC et ironie du sort la plus choyée par les nations les plus diplomatiques, les plus civilisées, par les ONG de défense des droits de l’homme, et enfin soutenue par les plus grands médias du monde, etc., sa collaboration avec les génocidaires du FDLR au front de combats contre le M23 pourrait tourner en fiasco.
    Le Rwanda vient de saisir de Conseil de Sécurité pour dénoncer également la Monusco dans cette haute trahison de collaborer avec les criminels recherchés par le TPIR alors qu’elle est sensée les désarmer, formant ainsi une alliance militaire secrète “UN-FARDC-FDLR”.
    Le plan de sauvetage de la RDC contre une vingtaine de groupuscules armés disséminés partout sur le territoire congolais, dont le plus important est le M23, tel qu’il est prévu dans la résolution 2098, pourrait ne plus être appliqué à la lettre si les allégations de Kigali contenue dans la lettre du 09.07.2013 adressée à Ban Ki Moon, voir ci-haut, s’avéraient exactes.
    A ce ceci s’ajoute les crimes passés et impunis dont les viols de femmes et de bébés et tout récemment le vidéo de profanation, à cœur joie, des cadavres des soldats du M23, par les FARDC-FDLR sous l’œil complaisant de la Monusco. Une telle dérive mérite des sanctions lourdes à l’endroit du trio UN-FARDC-FDLR, sinon la RDC vaste qu’elle est, pourrait sombrer dans une tragédie la plus terrifiante que le Rwanda a connu en avril-juillet 1994 et entraîner les pays frontaliers dans un désastre de réfugiés.
    Par conséquent les congolais sont assis, à leur insu, sur un volcan en dernière phase de l’éruption.
    A bon entendeur salut.
    A bientôt.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s