Le M23 se dit prêt à une cessation immédiate des hostilités pour faciliter la visite De Ban Ki Moon A Goma

KABASHA Amani Porte-parole du M23

KABASHA Amani Porte-parole du M23

Dans un communiqué  signé par son porte-parole KABASHA Amani, le M23 se dit prêt à une cessation immédiate des hostilités pour faciliter la visite du Secrétaire Général des Nations Unies dans la ville de Goma.  Pour le M23 cette trêve devra être formalisée par un accord de cessez-le-feu signé par les deux parties.  Ici le communiqué en integralité

COMMUNIQUE N°006/DCM/M23/2013

La Direction Politique du Mouvement du 23 Mars informe l’opinion nationale et internationale qu’elle est prête à une cessation immédiate des hostilités pour faciliter la visite du Secrétaire Général des Nations Unies dans la ville de Goma. Cette trêve qui devra être formalisée par un accord de cessez-le-feu dument signé par les parties permettra ainsi la reprise des négociations de Kampala pour aboutir ainsi à un accord qui donnera aux congolais une vraie paix, celui qui s’obtient par la voie politique.

Cependant, il est vrai que cette cessation des hostilités ne dépend pas que de notre Mouvement, il requiert également la volonté de la partie adverse, c’est-à-dire, le Gouvernement de la RDC car, il reste vrai que ce dernier a choisi le moment où le peuple congolais attendait la venue en RD Congo du Secrétaire Général des Nations-Unies pour expédier son armée, les FARDC, conduire une guerre généralisée contre toutes nos positions dans l’unique but d’empêcher l’évaluation de l’Accord cadre d’Addis-Abeba et compromettre le soutien à apporter par les Nations-Unies au processus de paix de Kampala en cours pour lequel  les états de la Région des Grands-Lacs ont consentis suffisamment d’efforts.

Le M23 dénonce donc, avec la plus grande énergie, les velléités militaristes du Gouvernement  qui, après une nuit d’accalmie sur toutes les lignes du front, vient de reprendre  les hostilités ce matin du 22 mai 2013, avec une intensité rare.

Rappelons que nos forces s’étaient, longtemps, abstenues de toute contre-offensive face à la provocation des FARDC, mais l’intensité des bombardements et la menace de conséquences désastreuses sur nos positions, ne pouvaient nous laisser sans riposter.

Si la trêve n’est pas respectée par la partie adverse, l’Armée Révolutionnaire Congolaise (ARC) a été clairement instruite pour réagir vigoureusement avec fermeté contre l’initiative malheureuse des FARDC, aux conséquences humanitaires dramatiques sur nos populations civiles.

Il est aussi important de signaler que le sentiment de revanche de la  coalition FARDC-FDLR/Interahamwe  contre le M23 pour des nombreuses défaites lui infligées en 2012, confortant ainsi la position de notre Mouvement à la table de négociations en décembre 2012 convoquée par la CIRGL après notre retrait de la ville de Goma, a dangereusement dopé la guerre actuelle.

C’est pour inverser la donne en poussant jusqu’au bout sa logique militariste que, le 28 mars 2013, le gouvernement congolais nous a laissé sur la table de négociation à Kampala pour forcer la main du Conseil de Sécurité des Nations-Unies et arracher la Résolution 2098. Et, le déclenchement des hostilités, le 20 mai 2013, devait, à nouveau, pousser le même Conseil de Sécurité  à précipiter l’entrée en action irréversible de la Brigade d’Intervention onusienne aux côtés de la coalition FARDC/FDLR-Interahamwe, déjà à l’œuvre; parce qu’au regard des données concrètes du terrain, au cours de ce mois de mai 2013, relatives aux causes profondes de la crise en RDC, l’opinion internationale commençait à douter de l’efficacité réelle de l’option militariste pour ramener une paix durable à l’Est de la RDC.

En conclusion, le M23 veut attirer l’attention de l’opinion sur les allures bellicistes du Gouvernement de la RDC qui ne relèvent pas de la passion pour les guerres mais de son intention réelle d’embraser la RDC et la Région des Grands Lacs.

 Fait à Bunagana, le 22 Mai 2013

Le Chef de Département de la Communication et Médias

Amani KABASHA

One thought on “Le M23 se dit prêt à une cessation immédiate des hostilités pour faciliter la visite De Ban Ki Moon A Goma

  1. Il est temps que vous demandez la justice pour lea 160 Banyamulenge massacre a Gatumba, le ICC devrait s’occuper de cette affaire egalemnt

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s