GOMA – RDC : Une tragédie à l’horizon

Des soldats de parade, aussi remarquables les jours de défilé qu'inaptes sous le feu. They look like soldiers on parade, but useless under fire

Des soldats de parade, aussi remarquables les jours de défilé qu’inaptes sous le feu.
They look like soldiers on parade, but useless under fire

Qu’il s’agisse d’une escarmouche due à des raisons plus ou moins futiles -la gestion d’une source-, ou d’un accrochage plus sérieux qui pourrait mettre fin à cinq mois d’une trêve de facto, les combats qui ont opposée hier les soldats du M23 aux troupes gouvernementales et aux rebelles hutu rwandais des FDLR, leurs alliés, autour de l’abreuvoir de Mutaho -à une dizaine de kilomètres de Goma, dans l’Est de la RDC- préfigurent certainement une partie du scénario pour les semaines à venir.

Lorsque la Brigade d’intervention de la MONUSCO, mise en place par la résolution 2098 du Conseil de sécurité de l’ONU pour « neutraliser » les forces de l’Armée Révolutionnaire Congolaise, branche militaire du M23, sera prête à agir, il suffira un épisode déclencheur comme celui de Mutaho -une offensive conjointe FARDC-FDLR contre les positions de l’ARC et la riposte, quoique contenue, de cette dernière- pour susciter l’intervention sur le terrain de la nouvelle unité spéciale onusienne sous commandement d’un général tanzanien.  Celle-ci ne se limitera pas, par conséquent, à exercer une fonction de dissuasion mais se déploiera en ordre de combat face aux troupes du général Sultani Makenga, chef militaire du M23.

Dans cette perspective d’« affrontement final » contre la « révolution congolaise » du M23, se consomme tristement la dérive des Nations Unies qui abdiquent leur rôle fondateur de partenariat mondial  pour la paix pour se muer en force d’agression contre toute forme de résistance au nouvel ordre planétaire établi par les grandes puissances.  Un ordre qui exige un pouvoir faible et prédateur en RDC avec Joseph Kabila à la tête de l’Etat et qui sera à tout prix défendu, même au risque d’embraser à nouveau la sous région.  Ainsi, l’alliance qui se profile dans les collines et les jungles du Kivu entre Casques Blues, FARDC et FDLR signe -dans la collusion théoriquement contre nature entre une mission de paix devenue mission de guerre et des forces génocidaires- l’arrêt de mort de l’ONU en tant que régulateur impartial des conflits et la perte définitive de sa légitimation en tant qu’agent de paix.

Mais les événements de Mutaho nous apprennent une deuxième leçon. La provocation orchestrée par Kabila à la veille de la visite du Secrétaire général des NU à Kinshasa montre jusqu’à quel point le locataire du Palais de la Nation se sent conforté par ses parrains internationaux. Ceux-ci  feront probablement mine de critiquer son inaction face aux engagements pris dans l’accord-cadre d’Addis-Abeba. Mais ils sont en réalité les derniers à être intéressés à un véritable processus de réformes en RDC,  qui dote par exemple ce géant d’Afrique centrale d’une armée en mesure de faire respecter sa souveraineté nationale et d’un pouvoir capable d’en assurer le développement et de garantir le bien être de ses populations.

Pourtant, et avant qu’il ne soit pas trop tard, il faut au moins que les Etats de la sous région prennent la mesure des conséquences de l’intervention de la Brigade onusienne. Car tous ne resteront  pas  les bras croisés devant le nettoyage ethnique et l’extermination des communautés banyarwanda dans le Nord Kivu.

Luigi Elongui

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s