Résolution 2098 : Le choix du sang

South African troops like these will soon be in the dense forests of eastern DRC fighting on the side of Joseph Kabila.

South African troops like these will soon be in the dense forests of eastern DRC fighting on the side of Joseph Kabila.

Le schéma adopté le 28 mars dernier par l’organe suprême des Nations Unies porte le risque sérieux de l’embrasement de la sous-région des Grands Lacs.

En optant pour la gestion militaire de la crise dans l’Est de la République démocratique du Congo, les grandes puissances qui sont derrière le Conseil de Sécurité éloignent en réalité son règlement et feignent ignorer ses causes profondes.

Un coup de force mené par la France peu avant la présidence rwandaise du CS, qui court-circuite les efforts de pacification du ‘Processus de Kampala’ et cache le piège d’une guerre fratricide entre troupes africaines. Mais le choc des armes n’est pas inéluctable…

« Nous sollicitons la Tanzanie de se retirer de la résolution de la Communauté de développement de l’Afrique Australe (SADC) de faire la guerre dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC). Nous sommes convaincus que la confrontation militaire risque de provoquer une guerre régionale. Notre position est confortée par trois éléments : primo, l’Ouganda et le Rwanda risquent d’être entraînés en une guerre inutile, secundo, l’Ouganda et le Rwanda, et probablement la Tanzanie, en vont payer des graves conséquences humanitaires ; tertio, en cas contraire, nous allons prendre la responsabilité d’une prolifération massive des armes dans la sous région ».

Représentant de Kampala au sein de l’East African Legislative Assembly (EALA), Fred Mukasa Mbidde a proposé un texte à soumettre aux membres de cet organisme pendant la session du 16 avril dernier, dans lequel on invite la Tanzanie à ne pas faire un choix opposé à celui de l’East African Community et de l’EALA -dont il est membre.Les deux institutions régionales préconisent une solution pacifique de la crise dans l’Est de la RDC, avec les deux belligérants, le mouvement du 23 Mars et le gouvernement de Kinshasa, assis à la table des négociations. En même temps, la ministre des Affaires étrangères de la République du Rwanda, Louise Mushikiwabo, qui assurait la présidence d’ une réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies consacrée à la prévention des conflits en Afrique, a déclaré : « Nous ne pensons pas qu’une action militaire soit la solution aux problèmes dans l’est de la RDC, donc nous considérons cette brigade comme pouvant être un moyen de dissuasion, une présence nécessaire mais elle doit être complétée par d’autres aspects, et en premier lieu sur le volet politique du conflit ».

Si le schéma de la Résolution 2098, adoptée par le Conseil de Sécurité (CS) de l’ONU, assume en connaissance de cause le risque concret d’un bain de sang et du déclanchement d’une confrontation armée entre les Etats des Grands Lacs, avec massacres à large échelle de populations civiles et poursuite d’actes d’extermination de la communauté Tutsi,  les forces qui s’y opposent font surface et haussent la voix. Elles suggèrent une démarche plus typiquement africaine -c’est-à-dire par les biais du dialogue- pour la règlementation des conflits dans le continent et notamment dans l’Est de la RDC.

Ainsi, la guerre n’est pas inéluctable dans les Grands Lacs et il est possible de faire échec au choix du sang posé par la 2098. Et cela même si les forces qui sont visées du M23 se préparent à la résistance, et elles doivent s’y préparer car il en va de leur survie et de celle de leurs familles. La sauvegarde à outrance -comme à l’époque précédente la chute de Mobutu- du régime dictatorial et sous tutelle internationale de Joseph Kabila et la volonté farouche d’en découdre avec le groupe dirigeant en place à Kigali sont les mobiles principaux du lobbyng français au Palais de Verre, qui a porté au passage en force d’une Résolution cachant, dans son application préméditée, le spectre au symbole terrible d’une guerre fratricide entre troupes africaines. Miracle du ‘multilatéralisme’, les soldats d’une nation issue de la nuit de l’Apartheid vont faire le coup de feu contre leurs frères qui, depuis 2004, mènent un combat sans défaut pour doter la RDC d’une élite visionnaire et compétente, en mesure de faire bénéficier le peuple des immenses ressources du pays, d’éliminer les pratiques néfastes de l’exclusion régionale et de la discrimination ethnique. Les militaire de l’armée de la République Sud-Africaine vont-ils ainsi se faite tuer, et tuer, dans les forêts et les collines volcaniques du Kivu pour que leur dirigeants puissent ensuite quémander une place de membre permanant au sein du CS de l’ONU ? Ou pour se faire instrument subalterne de la politique de Paris, dont la puissance dévastatrice a déjà provoqué des centaines de milliers de victimes dans la sous-région inter-lacustre ?

Analysons. La 2098, rédigée par la France et adoptée le 28 mars dernier, prévoit la création d’une brigade d’intervention spéciale sous l’autorité de la Mission onusienne en RDC et censée neutraliser les combattants du M23 en rébellion contre Kinshasa. Dans sa lettre, qui comporte pour la première fois dans l’histoire des NU un mandat offensif, avec droit explicit de tuer de la part des Casques Bleus, il y a le tournant majeur qui va dorénavant affecter les relations internationales, notamment les rapports entre l’Afrique, cible principale des nouvelles guerres d’agressions, et les maîtres du monde, anciens et nouveaux. Et où est-ce qu’on va expérimenter cette nouvelle démarche aux senteurs d’Empire et qui est en flagrante contradictions avec la mission attribuée à l’ONU à l’époque de sa création ? On part en guerre exactement, dans une région endeuillée depuis bientôt vingt ans par une série tragique d’événements. Où ceux qui sont derrière cette résolution ont déjà provoqué un génocide et des guerres à répétition suite au soutien poursuivi aux forces génocidaires.

Les raisons ? L’une, d’ordre général, concerne l’urgence du contrôle du territoire planétaire (et de la destruction de toute force qui s’y oppose) par les nouvelles instances du gouvernement mondial supranational et l’autre, plus spécifique, nous revoie à la politique française dans la sous région. En fait, avec l’Opération Turquoise, Paris n’avait pas réussi à stopper la marche victorieuse du Front patriotique rwandais pour arrêter le génocide, ni à créer un Hutuland dans la partie occidentale du Rwanda sous son contrôle. Mais il avait réussi à protéger et à réorganiser les milices des massacreurs après leur exfiltration dans l’Est de la RDC. Depuis, il continue sa guerre secrète contre le Rwanda et les Tutsi per RDC interposée. En août dernier, lorsque la France présidait le CS, elle rédigea une déclaration dans laquelle on lisait que les 15 membres de l’instance suprême des NU « réitèrent leur ferme condamnation de tout appui extérieur apporté au M23 et demandent à tous les pays de la région de coopérer activement avec les autorités congolaises pour le démantèlement et la démobilisation du M23 ».

Groupe d’experts onusien à l’appui, la campagne contre le prétendu soutien rwandais au M23 et la diabolisation de ce dernier se met en route, avec le but de l’éradication de la rébellion et d’un affaiblissement décisif de l’élite du Village Urugwiro, sinon d’une nouvelle menace militaire ourdie avec la complicité des FDLR et de l’armée de la RDC. Les onze pays de la Conférence internationale de la région des Grands Lacs (CIRGL) fleurent le piège et installent le ‘Processus de Kampala’ qui assure au début la cessation des hostilités et le commencement des pourparlers de paix. La SADC s’y associera, avec des attitudes contradictoires. Dans se rangs, l’Angola prône la solution pacifique du conflit de l’Est, alors que la RSA assume la posture belliciste, tout comme la Tanzanie, qui est également membre de la CIRGL et de l’EAC. Le bras de fer entre CIRGL et CS démarre. La première se pose en facilitateur du dialogue entre M23 et gouvernement et propose à la fois la constitution d’une Force internationale neutre (FIN) pour garantir le cessez-le-feu réel et le contrôle des frontières de la RDC. Probablement une erreur, même si l’idée d’une solution et d’une gestion africaines de la crise était juste. On constate en effet aujourd’hui que le concept de la dite Force a pu être manipulé et envisagé en sa version offensive par les faucons au sein du CS, de la SADC et aussi de la CIRGL, où ils sont pourtant minoritaires.

Néanmoins, l’option guerrière ne fait pas l’unanimité et, parmi les cinq membres permanents du CS, La Russie et la Chine ont soulevé maintes objections. La tentative de court-circuiter le ‘Processus de Kampala’, toujours en cours, n’est visiblement pas du goût de tout le monde et les raisons évoquées pour s’attaquer au M23 se sont au fur et à mesure révélées fallacieuses. Les « causes profondes » de la crise de l’Est -une politique de division et l’établissement de l’infection négationniste et génocidaire avec l’imposition d’une élite prédatrice à la tête d’un Etat patrimonial en RDC- sont superbement ignorées, même si elles sont souvent agitées comme un slogan vide, lorsqu’on continue à attribuer la crise à l’ingérence rwandaise, dont des preuves concrètes n’ont jamais été exhibées.

Pourquoi enfin viser le M23, dont la conduite dans la guerre est exemplaire autant que son administration des populations sous son contrôle, lorsque des dizaines de groupes armés sévissent et commettent des atrocités au quotidien aux Kivu, comme au Maniema, dans la Province Orientale et au Katanga, que le banditisme se développe avec la généralisation de l’insécurité et le délitement du tissu social ?

Visiblement, les chancelleries ont d’autres objectifs que la paix en RDC. Mais, après la Côte d’Ivoire, la Lybie et le Mali, cette guerre criminelle est à éviter. Et il est possible de l’éviter tout en continuant à se battre pour que le rêve congolais d’une élite à la hauteur des défis posés se concrétise dans le temps.

One thought on “Résolution 2098 : Le choix du sang

  1. The UN has wittingly signed its death warrant in D R Congo

    Ntarugera Deo Koya
    Kigali, 2013: 04: 22

    Reference the media link beneath:

    http://congodrcnews.com/2013/04/20/resolution-2098-le-choix-du-sang/#comment-667

    The UN has wittingly signed its death warrant in D R Congo!

    For some reason, the UN has been infamously perverted, subverted and turned into just another terrorist organization! It is the first time ever in recorded memory that an international public organization, specifically put up by world nations keen to ensure their collective security, is turned into some wanton and untoward terrorist organization precisely destroying the very nations that created it. This is absolutely absurd and awfully ironic, to say the very least. Simple logical deductions from this state of affairs: 1. the international law is ostensibly being negated, crushed, not just subverted by the UN security council. 2. Moral, political and legal degeneracy/bankruptcy has horrendously struck leaders & political strategists of the world community of nations. 3. Custodians of international law are either nonentities or opprobrium-stricken dummies, just good for museums! 4. Global humanity is glaringly courting doom, so facetiously and idiotically as to elicit the question as to whether our brave new ultramodern world’s name is anything other than frailty: infamous frailty. 5. US President Barack Obama & global peers, UN security council president Eugene Gasana and UN secretary general Ki Moon must earnestly note that the UN has wittingly signed its death warrant. Etc…

    Faut entonner le chant du cygne a présent!
    Let the global world chorus the swan’s song in perfect unison.

    Were egregious novelist CHINUA ACHEBE, my blessed Nigerian good friend, to be still around, he would surely, and very diligently, write yet another bestseller: Requiem for the United Nations Organization.

    Ntarugera Deo Koya,
    Cultural & political affairs analyst
    Kigali

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s