M23: Ou bien on continue les pourpalers, ou bien on se prépare à un combat dur.

Joseph Kabila Mutu pasi

Joseph Kabila Mutu pasi

CROISEE DES CHEMINS A KAMPALA

Source: Mushaki Page
Nous nous y attendions tous, je parle de l’impasse de Kampala. Avec la brigade aux drones qui a tellement excité Kinshasa, c’était certain que Joseph Kabila et son équipe allaient tout faire pour arriver à un blocage définitif au processus engagé en Uganda. Mais pendant que je faisais éloge du discours de M-Sevo à Nairobi hier, je ne pouvais pas m’empecher de penser q…ue même lui pouvait se prêter à un double langage. Il disait que les pays africains, à l’instar du sien ne devrait pas attendre des solutions de l’ONU. En même temps, nous savons que les sud-africains de la brigade aux drones ont déjà acheminé leur arsenal à Kampala. Je suppose que leur base d’opération sera Entebbe où la Monusco occupe déjà un peu trop d’espace. C’est toujours déconcertant d’attérir à Entebbe et de se retrouver sur une bonne portion de terre qui exhibe l’outrecuidante machinery de guerre et de colonisation post-moderne de l’ONU.

Double langage donc pendant qu’on y est. Museveni fustige l’ONU, mais lui ouvre la porte de son pays pour ou comme quartier général les opérations contre le M23. Et ce pendant que les deux équipes qui négocient la paix se trouvent encore à Kampala. Alors à quoi joue-t-on? A la paix ou à la guerre? Ce qui convertit Kampala en une sorte de croisée des chemins. Son expression claire vient d’être déclarée par la délégation du M23 aussi bien à la facilitation ICGLR qu’au gouvernement de Joseph Kabila. Nous savons déjà que la brigade devrait être là la semaine prochaine. En fois de quoi il a présenté les options qui restent: ou bien on continue les pourpalers, ou bien on se prépare à un combat dur. Si l’on négocie, alors il faut arrêter les grands chevaux de la brigade funeste. Si la brigade s’engage en combat, alors on ne negocie plus, car il faudra bien se battre. Puisque Kinshasa fait rarement primer la raison, préparez-vous en conséquence. Mais que les Sud-africains ne se bernent pas trop. Les tanzaniens eux ont déjà un problème, les camions arrêtés à Kibumba devraient être fouillés par le M23 pour voir de quoi il retourne. Depuis trois jours il y a un refus obstiné d’optempérer, mais voyons comment cela va tourner!

La réunion conjointe entre la délégation du M23 et la délégation gouvernementale ce 08/04/2013
Page facebook:  Mouvement mars
C’est sur demande da la délégation du M23 que cette réunion a était tenue. Elle avait pour objet de donner l’occasion aux deux parties de permettre à la facilitation/Médiation de recadrer les choses afin de créer une atmosphère favorable au dialogue. Tout s’est passé devant le Facilitateur, les 12 délé…gués du M23, les 12 délégués du gouvernement et la presse (présente dans la salle, du début à la fin).

Monsieur Crispus KIYONGA, Ministre de la Défense et Facilitateur désigné par le Président de l’Ouganda, So Excellence Yoweri Kaguta MUSEVENI, a pris la parole le premier. Après les mots de bienvenu et de civilité qui sont d’usage dans les pareilles circonstances, il a rappelé tout ce qui s’était passé entre le jour où le dialogue avait été interrompu jusqu’à ce jour où il reprend. Parmi les faits rappelés par le Facilitateur, il y a celui qui souligne que la solution politique, seule est à même d’instaurer une paix durable à l’Est de la RDC. Il a aussi rappelé que l’idée de constituer une Brigade neutre était initialement celle des Etats de la Région et faute de moyens l’ONU s’en est saisi. Il n’a toutefois pas déploré que cette Brigade qu’on voulait NEUTRE le Gouvernement de Kinshasa ait réussi à la transformer en Brigade d’intervention principalement venant traquer le M23. Il a terminé en exhortant les deux parties à cesser de se jeter des quolibets de nature à empoisonner le climat de dialogue au risque de compromettre son déroulement normal et son aboutissement escompté par tous sur une paix durable à l’Est de la RDC et dans la Région des Grands Lacs.

Monsieur l’Abbé Apollinaire MALU MALU, en tant que Chef de Délégation Adjoint du Gouvernement de Kinshasa (faisant l’intérim de Raymond TSIBANDA absent) a été le deuxième à prendre la parole. Après les mots de civilité d’usage, il a dit, en substance, que l’arrivée de la Brigade étant un acquis irréversible, il a souligné le fait que si à la date de l’arrivée de cette Brigade le M23 a signé un Accord avec le Gouvernement, l’action de cette Brigade ne concernera plus les Territoires de Nyiragongo et de Rutshuru…Son discours ayant été la plus courte de toutes, c’est là l’élément essentiel à retenir.

Monsieur René ABANDI, en tant que Chef de la Délégation du M23, a été le troisième à prendre la parole. Il a commencé comme tout le monde par remercier nos hôtes ougandais et la CIRGL pour tout ce qu’ils ont fait pour le M23 et pour le retour à la paix durable dans l’Est de la RDC. Il renchérit en stigmatisant la démarche incongrue du gouvernement de Kinshasa qui avait abusé de la bonne foi de la médiation en ce sens qu’aller en consultation à Kinshasa était tout simplement un vilain prétexte pour tourner le dos au processus de Kampala et par voie de conséquence, abandonner la voie de la paix pour négocier ardemment l’obtention de la résolution 2098 de la part du Conseil de Sécurité par l’intermédiaire zélé de la République française. Il continua en s’indignant face aux réjouissances qu’avaient exprimées les ministres de la coopération et de la communication dans leur conférence de presse jumelée ainsi que celles de Monsieur François Mwamba dans un Dialogue entre Congolais sur les ondes de la radio Okapi émettant de Kinshasa. Il souligna à l’encre rouge les propos de Mr Raymond Tshibanda en ces termes : Le ministre de la coopération a utilisé un terme dont le dernier usage remonte aux événements de triste mémoire du Kosovo, à savoir QUAND ON AURA FINI LE NETTOYAGE des deux Kivu…
A l’adresse de François Mwamba qui était dans la salle, Monsieur René Abandi, rappela que ce monsieur avait pris soin et le temps suffisant pour dévoiler au monde entier que Kampala n’était qu’un passe-temps qui permettait au gouvernement de ne pas perdre les villes de Bukavu, de Kindu, de Kisangani, etc. car lorsqu’on a réussi à faire avaler des couleuvres aux Présidents de la Région des Grands Lacs en leur extorquant le retrait sans condition du M23 de la ville de Goma, ce Mouvement rebelle avait une supériorité militaire indéniable. Autant dire ici que ces Sages de la Région des Grands Lacs n’ont aucune valeur aux yeux de monsieur Joseph KABILA qui les avait supplié à genoux et les yeux tuméfiés (par de longue nuits d’insomnie et de pleurs) pour que ces derniers (très écoutés par les dirigeants du M23) puisse arracher cette concession sans pareille.

René Abandi termina son allocution en parlant de la Brigade d’intervention dont se vantent les membres du gouvernement de Kinshasa. Cette Brigade d’intervention, à vocation offensive vient, en réalité, ramener la guerre dans la seule partie de la RDC où une paix réelle existe depuis que le M23 s’est retiré de Goma. Cette guerre qu’on veut de nouveau faire subir aux paisibles citoyens de cette contrée, pour soi-disant rétablir l’autorité de l’Etat René Abandi a tenu à rappeler que dans les 2 Kasaï et le Bas-Congo où il n’y a pas de guerre et où cette soi-disant autorité de l’Etat est présente pourtant la malnutrition des enfants en bas âge y atteint un taux de 35%. Il continua son speech en soulignant que non seulement dans le Rutshuru et le Nyiragongo, Territoires sous contrôle du M23 on ne connaît pas ces genres d’avanies mais aussi et surtout, les déplacés fuyant les exactions dans les zones sous contrôle du gouvernement n’arrêtent d’affluer vers la zone M23. Il amorça la chute de son allocution en posant une sorte de préalable à la délégation du gouvernement en ces termes : Le gouvernement de Kinshasa doit nous dire de manière claire et sans ambiguïté aucune, s’il persiste dans le choix de la guerre qu’il a opéré en tournant le dos à Kampala pour aller négocier la résolution de la guerre ou, son retour à Kampala doit-il signifier qu’il revient à la raison c’est-à-dire à l’option de la paix que symbolise le processus de Kampala.
Il clôtura, enfin, en s’interrogea, en ces mots : Et si la fameuse Brigade d’intervention était défaite, le gouvernement de Kinshasa aura le toupet de venir de nouveau auprès des vieux Sages de la CIRGL pour demander de l’aider alors qu’il les avait méprisés et tournés au ridicule en allant vers la France et le Conseil de Sécurité ?

Monsieur Malumalu se sentant morveux se mouchant en reprenant de force la parole, juste pour demander à la facilitation de leur permettre de chercher des preuves « qu’ils détiennent » pour démontrer que le M23 tient aussi des meetings incendiaires et, par conséquent, il ne peut se targuer d’œuvrer davantage pour la paix…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s