Rene Abandi: Joseph KABILA met le Congo sous tutelle des Nations Unies, violant ainsi la souveraineté du CONGO.

René Abandi

René Abandi

Maitre René ABANDI, devant les journalistes a exposé quelques contractions se trouvant dans le rapport du 27 février et la résolution du 28 mars. Pour RENE Abandi, les congolais devraient tous lire la résolution car il semble que Joseph KABILA met le pays  sous tutelle des Nations Unies, violant ainsi la souveraineté du CONGO. Fait flagrant, le contrôle des mines est mis sous l’autorité de la MONUSCO et pire encore Joseph KABILA se voit attribué le simple rôle d’un coadministrateur avec Roger Mees qui doivent rendre compte de la gestion du Congo à un représentant spécial du secrétaire général des nations unies au Congo ayant son siège à Nairobi.

QUELQUES CONTRADICTIONS CONSTATÉES PAR LE M23 DANS LES
RAPPORTS ET RÉSOLUTIONS DE L’ONU
Depuis quelques mois, le Conseil de Sécurité des Nations Unies se réunit régulièrement pour
proposer des solutions aux problèmes multiples que connait la RDC, spécialement dans sa partie Est. Il
faut saluer ces efforts dont l’objectif est de suppléer aux lacunes de l’État congolais dont les
défaillances ne sont plus un secret pour personne. Toutefois, les différents Accords-cadres sur la
Stabilisation et la Pacification de l’Est de la RDC présentent d’énormes contradictions. Une situation
qui pourrait compromettre énormément l’objectif fondamental du Conseil de Sécurité qui consiste à
Stabiliser, à Pacifier et à Développer non seulement la RDC, mais toute la Région des Grands Lacs et de
permettre ainsi aux populations d’accéder au bien être. Le cas le plus flagrant est celui des
incohérences dûment constatées entre le Rapport Spécial du Secrétaire Général de l’ONU sur la RDC et
la Région des Grands Lacs et la Résolution N° 2098 du Conseil de Sécurité. Le M23 qui se bat pour les
mêmes raisons, s’étonne qu’il soit présenté comme une partie du problème, alors qu’en réalité, il
constitue une partie de la solution à la situation de l’Est de la RDC. Pour éclairer le Conseil de Sécurité
et lui permettre d’adopter des résolutions lucides, il a relevé quelques contradictions contenues dans
l’analyse ci-après :

Article 1er
: Du Rapport du Secrétaire Général sur la RDC et la Région des Grands lacs

– Le rapport qualifie le M23 de « Force négative », sans pour autant étayer le moindre fait pouvant
démontrer la justesse de cette incrimination, contrairement aux FARDC qui commettent des exactions
et des crimes de toutes sortes, tels que démontré par les différents rapports de l’ONU et d’autres
organisations. Le cas flagrant le plus récent est celui relatif aux violences sexuelles commises à Minova
en Novembre 2012. Il est étonnant de constater que ceux-ci (les éléments FARDC) sont toujours,
ménagés par l’ONU et considérés, par la Monusco comme les meilleurs de tous les partenaires
potentiels à l’Est de la RDC !

– Le Rapport reconnaît que les Institutions nationales sont noyautées par des réseaux des criminels locaux
(APCLS, Mayi mayi, FDLR-NYATURA, etc.) pour des intérêts privés. Il y a donc de quoi se demander
pourquoi les Nations Unies continuent à considérer les membres des telles Institutions comme des
partenaires fiables.

– Le rapport constate l’échec total de la politique de décentralisation en RDC ( Cf. paragraphe 32). N’est-
ce pas là une occasion pour solliciter auprès du peuple congolais des nouvelles propositions pour un
nouveau mode de gestion du pays qui rapprocherait davantage les gouvernants de gouvernés ?

– Le Rapport prétend que le rétablissement de l‘autorité de l’État constitue la solution miracle à tous les
problèmes de l’Est de la RDC. Certes, les guerres à répétition en sont pour quelque chose, mais elles
sont la conséquence logique de la mauvaise gouvernance tant décriée par l’ONU. Une situation qui se
justifie par le fait qu’à l’Ouest du pays où la prétendue autorité semble rétablie, sévit une malnutrition
criante dont le taux de mortalité infantile s’évalue à 35 % et 6,3 millions de personnes sont touchées par
la précarité alimentaire et plusieurs millions d’habitants sont exposés à des maladies comme le
paludisme, la rougeole et le choléra. Peut-on alors conclure que le problème qui ronge la RDC n’est pas celui du rétablissement effectif de l’autorité de l’État, mais plutôt celui d’une absence d’un leadership
capable et de la mauvaise gouvernance ? (Cf. paragraphe 41)

– Le Rapport constate l’irresponsabilité notoire du Gouvernement congolais à assumer pleinement ses
responsabilités régaliennes (Cfr paragraphe 29). Le M23 note avec regret que, chaque fois que la
MONUSCO sollicite le renouvellement de son mandat, il vante littéralement les faux mérites du
gouvernement, alors qu’à chaque fois qu’un congolais se lève pour dénoncer la même irresponsabilité,
la Communauté Internationale le qualifie d’ennemi et s’emploie à l’écraser ! – Le Rapport loue les initiatives régionales pour la restauration d’une paix durable en RDC et dans la
Région des Grands Lacs (Cf paragraphe 43). Comment donc justifier le mépris et l’ignorance totale du
processus de paix de Kampala initiée depuis le 24 novembre 2012 par les Chefs d’États de la CIRGL, sous
les auspices des Nations Unies, de l’Union Européenne, de l’Union Africaine et d’autres pays membres
des Nations Unies.

Article 2 : Des contradictions entre le Rapport du SG sur la RDC et la Résolution N° 2098

  • – Les Nations Unies encouragent le dialogue et un large consensus entre les différents partenaires
    politiques congolais afin de trouver une solution durable aux problèmes que connait le pays. Fort
    curieusement, elle encourage aussi l’utilisation de la force par le biais d’une Brigade d’intervention à
    vocation offensive pour neutraliser les différents groupes armés et pacifier la partie Est de la RDC.
    Comment peut-on à la fois prôner le consensus politique et la guerre, alors que, le Secrétaire Général de l’ONU note lui-même que : « il n’existe pas de solution militaire au problème dont souffre l’est de la RDC et la Région des Grands Lacs ? »

    – Dans le même sens, la résolution 2098 met sur pied une Brigade d’intervention robuste et mobile à vocation offensive; ce qui lui confère indiscutablement un statut de belligérant. Alors que sa mission consiste à neutraliser les groupes armés de l’Est de la RDC, elle reconnait dorénavant ses limites et se ménage une stratégie claire de sortie (Cfr paragraphe 10) en cas d’échec.

    – Le Rapport note aussi l’inexistence des mécanismes de protection des droits de l’Homme (Cf paragraphe 38). Comment l’organisation onusienne qui prétend défendre les Droits humains peut-elle accepter de s’associer à un partenaire qui viole de façon flagrante lesdits droits et le présenter à la face du monde comme étant fréquentable, jusqu’à le féliciter dans la Résolution 2098.

    – Le Rapport constate que les FARDC ne présentent pas les caractéristiques d’une Armée ni nationale, ni professionnelle (Cfr paragraphe 12). Curieusement, c’est à elle que la Résolution 2098 demande d’assurer la défense de l’intégrité territoriale ainsi que la protection des même populations civiles dont elle viole les droits.

    Article 3 : Des contradictions internes à la Résolution N° 2098

    – La Résolution évoque des graves violations des Droits humains par le M23 sans en fournir la moindre preuve ; alors que les Nations Unies n’ont jamais accepté de mettre en place une Commission d’enquête libre et indépendante pour confirmer ou infirmer lesdites allégations. Et ce, en dépit de multiples insistances du M23.

    – La Résolution se félicite du transfèrement de Bosco NTAGANDA à la Haye. En cela, elle se contente de remercier tous ceux qui ont rendu possible son extradition. En revanche, il est étonnant de constater que le M23 qui lui a imposé l’unique option de se livrer à la Cour Pénale Internationale (CPI) ne soit, ni cité, ni reconnu alors que, depuis le mois de mars 2012, le Président Joseph Kabila avait affirmé sa volonté de l’arrêter sans jamais y parvenir.

    – La Résolution milite en faveur d’un Accord global de paix impliquant tous les acteurs nationaux et internationaux. Contre toute attente, elle ignore tous les efforts consentis jusqu’ici par la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL) afin de parvenir à une paix durable à l’Est de la RDC
    et dans ladite Région.

    – La Résolution constate que la situation en RDC constitue une menace pour la paix internationale dans la Région, alors que l’Accord-cadre d’Addis-Abeba, du 24 Février 2013 enjoint aux États signataires de ne pas se déstabiliser mutuellement. Il faut cependant constater que c’est plutôt la RDC qui se victimise en accusant régulièrement les États voisins d’agression. Pourtant, c’est la même RDC qui entretient officiellement des milices et forces négatives ( FDLR, ADF-NALU, LRA, FNL…) contre ses voisins, spécialement ceux de l’Est.

    – La Résolution ne reconnait pas l’existence de l’autorité de l’État à Goma, 3 mois après le retrait du M23 de cette ville au vu et au su du Monde entier. Aussi se demande-t-on : Qui contrôle réellement Goma?

    – La Résolution prétend que la principale cause de déplacements de la population c’est le M23.Or, il s’observe des mouvements massifs des populations qui quittent la zone gouvernementale pour la zone contrôlée par le M23, où elles estiment être mieux sécurisées et protégées. Tel est le cas de pensionnaires du camp de Kanyaruchinya, de Mugunga et des rescapés des derniers massacres de Kitchanga en territoire de Masisi.

    Conclusion

    Si les causes profondes des conflits ayant conduit à des guerres récurrentes et à des rébellions à l’Est de la RDC persistent encore, tel que reconnu par le Secrétaire Général de l’ONU dans son rapport spécial du 27 Février 2013, le péché du M23 serait-il donc d’avoir demandé que des solutions définitives y soient apportées ?  En réalité, il semble y avoir anguille sous roche.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s