M23: Mot Introductif de la Conférence de Presse du 31 Mars 2013

le president Bertrand Bisimwa avec la population de Kibumba

le president du M23 Bertrand Bisimwa avec la population de Kibumba

Mesdames, Messieurs;

Comme vous le savez déjà, le Conseil de Sécurité a décidé ce jeudi 28 mars la création et l’envoi  d’une brigade d’intervention dans l’Est de la République Démocratique du Congo pour désarmer, de force, les forces dites négatives parmi lesquelles vient en première position le
Mouvement du 23 Mars. Il s’agit de l’option de la guerre que les nations-unies viennent de
lever. Désormais, les forces de l’organe de la paix feront la guerre aux groupes des citoyens qui
réclament la bonne gouvernance dans notre pays y compris ceux qui sont en pourparlers avec
leur gouvernement pour résoudre des problèmes de société.

Mesdames, Messieurs ;
Il ne s’agit pas d’une erreur de la part des Nations-Unies, la résolution existe bel et bien, elle
procède de la procédure normale de prise de décision, elle a été débattue et délibérée au sein
du Conseil de Sécurité et fondée sur le rapport spécial du secrétaire général des Nations-Unies
datée du 27 février 2013 qui, faisant le diagnostic de la crise en République Démocratique du
Congo, parle de l’existence des causes profondes de conflit en RDC et propose une approche
politique pour les résoudre. Les émissaires de l’ONU et de l’UA et facilitateurs de la crise en RDC
en 2008 à savoir Leurs Excellences Cheif OLUSEGUN OBASSANJO et Benjamin MKAPA avaient
en leur temps abouti à la même conclusion lorsqu’ils affirmaient dans leur rapport qu’il existe
des causes profondes du conflit en RDC qui requièrent une approche politique pour les
résoudre. Malheureusement, en lieu et place d’encourager une solution politique en apportant
un appui substantiel aux négociations politiques de Kampala, les Nations-Unies choisissent de
faire la guerre contre l’un des partenaires pour la paix, au risque de compromettre la sécurité
des citoyens qu’elle dit, pourtant, avoir le mandat de protéger.
La Résolution 2098 des Nations-Unies non seulement révèle l’inadéquation entre le diagnostic
fait par son Secrétaire Général et le remède appliqué mais également constitue un recul
important dans l’histoire des nations-unies car, pour la toute première fois de son histoire, les
Nations-Unies décident de tuer les citoyens qui réclament leurs mieux être. Dans cette
situation, elles devront se préparer à faire la guerre contre le peuple congolais tout entier car
aucun citoyen n’est prêt à courber l’échine devant un régime qui l’appauvrit, l’affame, le viole
et le tue.
Dans ce contexte, que deviennent les négociations de Kampala qui avaient pourtant fait des
progrès sur des questions essentiels notamment l’évaluation de l’Accord du 23 Mars 2009 et
qui entendait traiter les questions sécuritaires, politiques, économiques et sociales avant
d’envisager les mécanismes de mise en œuvre de l’accord à signer par les parties ?
Quant à nous, le Mouvement du 23 Mars, nous restons convaincus, et cela contre l’avis des
états du Monde réunis au sein de Nations-Unies, que la guerre est loin d’être la solution aux
problèmes de notre peuple, celle-ci passe par le dialogue politique qui pacifiera les âmes et
libèrera les esprits et les communautés de leurs frustrations accumulées pendant des décennies
de règne des régimes autocratiques. Nous continuerons à prêcher la paix, n’en déplaise aux
faiseurs de la guerre. C’est notre choix et nous l’assumerons jusqu’à notre dernier soupir.
Le gouvernement congolais est connu pour ses habitudes à fuir le débat constructif sur des
questions d’intérêt national au profit des conciliabules raccourcis et sans lendemain qui font
oublier le problème, l’entretiennent et le pérennisent. La persistance de ce problème a toujours
servi de justification aux cycliques rébellions. C’est par ironie que le gouvernement congolais
décline sa responsabilité dans des telles situations et se sert des pays voisins comme bouc-
émissaire.
Notre espace est en plein processus de pacification, nous avons réussi à nous débarrasser de
Bosco NTAGANDA infiltré dans notre espace depuis le mois de novembre 2012 pour tenter de
prendre le contrôle de notre Mouvement. Nous l’avons pourchassé jusqu’à sa reddition
résolvant ainsi l’un des problèmes majeurs auquel le Monde et l’Etat congolais ont été
incapable de mettre un terme malgré les moyens militaires, humains et matériels dont ils
disposaient. Cependant, nous n’avons reçu aucune reconnaissance de la part des concernés
mais les éloges ont été, par hypocrisie, lancées à l’endroit de ceux qui n’ont eu aucun rôle dans
cette reddition, c’est triste…
Le Mouvement du 23 Mars a su ramener dans leurs milieux respectifs les déplacés de guerre
qui vivaient dans certains camps dont celui de KANYARUCHINYA qui est vide actuellement.
Rassurés par le rétablissement de la sécurité dans leurs villages d’origine ces compatriotes sont
rentrés à la maison. Le M23 réaffirme son opposition à toute logique de guerre, car celle-ci a déjà fait des nombreuses victimes parmi nos compatriotes et sacrifié des générations entières.
Aujourd’hui, notre espace sert de refuge aux compatriotes qui fuient les exactions et
l’insécurité dans les territoires sous contrôle du gouvernement congolais, le cas de la cité de
KITCHANGA dans le territoire de MASISI réduite en cendre les FARDC reste emblématique.
Nous disons NON à la guerre, OUI à la paix, OUI à la Solution politique pour la résolution des
causes profondes du conflit en RDC et OUI à la fin de la misère de notre peuple.
Fait à Bunagana, le 31 Mars 20013

Le Président du Mouvement du 23 Mars

Bertrand BISIMWA

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s