23 MARS, date ésotérique l Par le Colonel Jean Paul Epenge

Colonel Jean paul Epenge

Colonel Jean Paul Epenge

BUNAGANA, le 23  mars 2013. 11h30.Temps pluvieux. Sur une des collines surplombant la ville, assis sur une pierre, mon AK 47 posé sur mes cuisses, j’admire la beauté de ce site majestueux. Je rêve du jour ou les congolais prendront enfin conscience de la diversité des richesses de ce pays béni de Dieu.

Je sors de ce petit moment d’émerveillement en voyant à 500 mètres sous mes pieds, un cortège de véhicules qui entre dans notre capitale politique. Je reconnais parmi ces auto mitrailleuses le 4+4 noir blindé  de celui que j’appelle affectueusement et avec RESPECT ‘’Grand Kodo’’. Le général MAKENGA Sultani. Mon général.

Le cortège s’enfonce alors dans un immense enclos dans lequel se situe  la résidence de notre nouveau Président.

Flash back.

23 mars 2007. Nous sommes  à KIMOKA. Sous un ciel dégagé comme si la providence  voulait que ce jour soit gravé dans la mémoire du peuple congolais en général et des Kivutiens en particulier. Apres d’âpres négociations  entre le Congres National pour la Défense du Peuple et le gouvernement congolais,  c’est enfin  le jour du mixage. C’est-à-dire l’intégration des militaires CNDP au sein de l’armée congolaise.

Le Général Major Laurent NKUNDA, celui que je surnomme affectueusement aussi et avec RESPECT ‘’Grand Kunzi’’, Président du CNDP, visionnaire et viscéralement  congolais, tient un discours qui reste d’actualité jusqu’à ce jour :

« …En cette journée mémorable où je remets des milliers de mes militaires au gouvernement de la République,  je demande à l’Etat Major General, d’en prendre soins et surtout d’en faire bon usage. Mes officiers supérieurs  et moi-même ne voulons pas précéder nos soldats à Kinshasa, jouir des privilèges dus à notre rang et ensuite les oublier comme l’ont fait les dirigeants du  Rassemblement Congolais pour la Démocratie (RCD). Notre sort nous importe peu, nous nous soucions d’abord de celui de nos soldats. Je ne veux pas que mes soldats soient  abandonnés par Kinshasa, car les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets… Je vous rappelle ici que ces enfants se battent et se battrons toujours tant que leurs familles resteront  à  l’étranger dans des camps des refugiés sans droit de retour dans leur pays. Ils se battront  toujours  tant que dans ce pays il y aura mauvaise gouvernance…

Je ne suis pas l’ennemi de Kabila ni celui  du gouvernement congolais, je me bats contre  le système qui incarne l’inversion  des valeurs dans notre pays. Ce système est à la base de tous les maux dont subit la population congolaise en général et les Kivutiens en particulier… »

A peine une année, c’est à dire en 2008, les militaires « mixés » du CNDP sont oubliés, clochardisés par l’Etat Major Général et le gouvernement de la République. Retour à la case départ.

Janvier 2009 : alors que le CNDP était à Nairobi pour des pourparlers avec le gouvernement congolais afin de trouver une solution durable et définitive  aux maux qui rongent le pays, et qui sont source des conflits, le General Major Laurent Nkunda est mis hors jeu par putsch à l’intérieur du CNDP de la part de Bosco NTAGANDA soutenu par la communauté internationale, celle-là même qui a cautionné et applaudi le programme de mixage. Les décideurs de ce monde -de bonne ou de mauvaise foi- pensent que le mal à extirper est  le General NKUNDA, alors que  les observateurs avertis et de bonne foi  savent qu’il fait partie de la solution.

23 mars 2009 : un accord est signé entre le gouvernement congolais, le CNDP et d’autres forces d’opposition armée, dont le PARECO. Intégration. Encore une fois le CNDP remet à la République la totalité de son effectif militaire.

Les mêmes causes produisant toujours les mêmes effets, comme l’a si bien dit le général Laurent NKUNDA, nos vaillants soldats sont encore une fois discriminés, suspectés, abandonnés voire tués par la République.

Et voici que le 6 mai 2012 le General MAKENGA, alors colonel, crée le M23, mouvement qui revendique la pleine application des accords signés le 23 mars 2012 et non respectés par le gouvernement de Kinshasa.

Cette même communauté internationale qui a soutenu le coup d’Etat du General NTAGANDA, qui a supervisé les accords  du 23 Mars et qui a conclu que la partie gouvernementale n’a pas respecté lesdits accords, s’acharne sur le M23 en l’accusant d’avoir en son sein le General Bosco NTAGANDA recherché par la CPI.

Dans un entretien accordé à une  chaine de télévision mondiale, le General MAKENGA déclare ceci :

« Le général NTAGANDA n’est pas avec le M23 et ne fait pas partie de ses effectifs militaire et civil. S’il ose s’aventurer  dans la zone que je contrôle, je l arrêterai ».

22 mars 2013 : le général NTAGANDA passe sa première nuit en prison à la Haye.  Il s’était rendu quelques jours plus tôt à l’ambassade US de Kigali au Rwanda.

23 mars 2013 : nous sommes toujours officiellement en pourparlers avec le gouvernement congolais à…KAMPALA. En attendant, les problèmes du Congo en général et de l’Est de la République en particulier demeurent, voire se compliquent.

Heureusement que nous avons un nouveau Président en la personne de Bertrand BISIMWA, ‘une bibliothèque du mouvement’ qui partage la même vision que le Président du Haut Commandement Militaire.

J’espère que cette fois ci  le gouvernement congolais tiendra ses engagements car nous tenons a  la vie de nos enfants et vaillants militaires.

Je me lève et me dirige sous ma tente car la pluie redevient de plus en plus forte …

Et si le général Laurent NKUNDA faisait partie de la solution ?

Colonel EPENGE Jean-Paul

BUNAGANA. 23 mars 2013

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s