Archive | March 2013

How DR Congo conflict could ignite regional war

Un GR de Kabil tira sur une foule de partisans de l’opposition.

Un GR de Kabila tira sur une foule de partisans de l’opposition a kinshasa.

By Andrew M. Mwenda / The Independent

The likely implications of Ntaganda’s flight

On Monday March 18, former leader of the Congolese rebel movement CNDP, Gen. Bosco Ntaganda, appeared unexpectedly at the United States embassy in Kigali to hand himself over to the Americans. He was smarting from a military defeat at the hands his erstwhile ally and now rival, Sultan Makenga, who heads the M23 rebel movement in eastern DRC.

After walking through Virunga National Park that covers the border areas of Congo, Rwanda and Uganda, he drove to Kigali most likely from Ruhengeri unnoticed by Rwanda’s security forces. Rwandan officials were taken by surprised when they heard from the Americans about Ntaganda’s appearance in their capital seeking extradition to The Hague where he is wanted for war crimes.

 

The previous day, March 17, the ramp of Ntaganda’s defeated army had entered Rwanda seeking refugee alongside their political leader Jean Marie Runiga. Rwanda placed Runiga under house arrest as it prepared to hand over the 700 combatants with him over to the UN as refugees.

 

The recent flare-up in the fighting in Congo has taken the international community by surprise as well. For more than a year, the international community bought tall tales by the UN “panel of experts” that there was no rebellion in Congo but a Rwandan invasion of the country. The M23 was seen as a Rwanda proxy and American and European journalists wrote stories of how its troops were actually from the Rwandan army. Thus, when M23 broke into rival factions and began a ferocious internal fight, the international media went speechless. They could not reasonably claim that this was a fight among different battalions of the Rwandan army.

Regional confusion

The internal fighting within M23 has also thrown the regional efforts to end that conflict in confusion. At the beginning of March, Presidents Joseph Kabila of the Democratic Republic of Congo, Eduardo Dos Santos of Angola and Jacob Zuma of South Africa had a meeting in Luanda, Angola. During the meeting, Zuma and Kabila argued that SADC should move its forces to fight the M23 rebels. Zuma, sources say, is convinced that M23 is the disguised hand of Rwanda. But Dos Santos objected saying that he knows the problem of DRC is more than Rwanda and M23. It has a lot to do with internal problems in Congo.

“Comrades,” Dos Santos reportedly told his colleagues, “even us [Angola] have many problems emanating from DRC. Many guns are being trafficked from DRC into our country. Criminals and potential terrorists are crossing as well. So it would be wrong to say that the M23 problem is caused by Rwanda. Kigali may have contributed to it but it is not the source of the problem. The root cause is the inability of Kinshasa to govern most of its territory.”

Dos Santos advised that rather than send forces to fight rebels inside DRC, SADC should help Kinshasa find a negotiated settlement with them – “in order to achieve internal social integration.” He said Luanda has been deeply involved in the problems of Congo for nearly 40 years and most of this time as a victim. This time, he added, Angola will not contribute troops to fight Kinshasa’s wars – a solution he said cannot work.

“But if you comrades feel strongly that we intervene militarily we must,” he added perhaps sensing unease on their faces, “then in the spirit of SADC Angola will contribute money but not troops to that effort. And I would advise that all of us help our young brother here find a political, not a military solution.”

Sources close to Luanda say that Dos Santos held his position firmly even in the face of pressure from Zuma as Kabila watched in silent wonderment. Finally, and in spite of his advice, SADC went ahead to recommend deployment of troops inside DRC to fight “wrong elements” (read M23). The countries to contribute to this force are South Africa, Tanzania and Mozambique. This is a potentially explosive decision.

Presidents Zuma and Jakaya Kikwete of Tanzania, informed sources say, do not see eye-to eye with President Paul Kagame of Rwanda on DRC. Kikwete’s vision is reportedly blurred by internal failures of his government. Under him, Tanzania has seen unprecedented corruption and failure to deliver basic services to the people. The situation is not helped when he is constantly reminded of Kagame’s success in the little neighbor, Rwanda.

Zuma and Kagame’s relations meanwhile are not good either. First, the South African president has been under the influence of Bill Masetera, a former intelligence chief under Thabo Mbeki and close friend and ally of Rwandan dissident generals Kayumba Nyamwasa and Patrick Karegyeya. To make matters worse, in a meeting of AU in Addis Ababa in 2011, Kagame is said to have directly interrupted Zuma’s speech in defense of then Libyan leader Muammar Gadaffi by saying he had seen “money bags been moving around” to pay off various heads of state to support Gadaffi. Zuma did not take this accusation lightly and it added insult to injury.

It is in this context that two of the three countries sending troops to DRC have an axe to grind with the country accused of sponsoring a rebellion. Regional military experts say that the South African army may be good in equipment and training but is weak in experience. This is even more pronounced when it comes to fighting a counter insurgency in a country that is densely forested, with a bad terrain, and speaking a language alien to the South Africans. The Tanzanian army, on the other hand, while well trained but not-so-well equipped has not seen action in 30 years. Secondly, the TPDF has never fought a counter insurgency.

“The South Africans and Tanzanians are preparing to deploy in DRC with a lot of enthusiasm and confidence of success against M23,” a well placed regional expert on regional security told The Independent on condition of anonymity, “But they are underestimating the capabilities of M23. These people have been fighting in the jungles of eastern DRC for over 18 years and know every nook and cranny of their area. They have also accumulated considerable experience. So, mark my words: They are not going to be a walkover as the South Africans and Tanzanians would like the think.”

Therefore, experts say that the likelihood that the Tanzanians and South Africans may get badly clobbered by M23 is very high. And if this happens: then what?

“It is very possible the Tanzanians and South Africans will not believe that they have been beaten by M23,” the expert told The Independent, “They are likely to suspect it is Rwanda fighting them. And if this is the case, and depending on the level of humiliation that may be inflicted on them, they, especially Tanzania, may decide to attack Rwanda in retaliation. Then you will have an international war – the unexpected outcome of an ill-thought out intervention in Congo.”

Internal M23 fight

Or may be not. For the last two weeks as the armies of Mozambique, South Africa and Tanzania trained and prepared to deploy in DRC, M23 began a ferocious internal war against itself. The forces of Makenga began pitched battles with the forces commanded by Ntaganda.

In the murky jungles of rebel infested DRC, it should not surprise anyone that Ntaganda is resurfacing at this point. Informed sources say, Runiga, has in fact been an Ntaganda stooge all along.

M23 has for long had factions. Although M23 officially claimed that they had nothing to do with Ntaganda, he left behind a wing, also known as the Kimbelembele that paid allegiance to him led General Baudouin Ngaruye. These were always in constant but invisible friction with the the pro-Nkunda wing, the Kifuafua led by Sultani Makenga.

Sources on the ground say the intra-M23 battles have been ferocious, brutal and bloody – worse in their sheer mercilessness compared to anything Congolese have seen in battles against Kinshasa – a family feud turned nasty.

Last week, Ntaganda matched his forces from Runyoni and attacked Makenga’s camp at Cyanzu. He also attacked Makenga’s troops in Rumangabo where the main M23 armories are. This forced Makenga to call upon two of his forward battalions north of Goma in the area of Kirimanyoka to come and reinforce Rumangabo. He also called his forces based around Rucuru to come reinforce Cyanzu. This withdraw by these battalions from these towns led the FDLR, the forces of the former Rwandan army that committed genocide in 1994, to occupy all the areas near Rucuru and Rugari. The FDLR in the presence of MUNSCO later handed over Rucuru and Kiwanja to the Congolese army.

However, having repelled the Ntaganda attack, Makenga now moved his forces and encircled Rucuru until he forced them to withdraw before he could annihilate them.  The Congolese obliged – showing that even when M23 is fighting itself, the Congolese army is unable to take advantage of the situation and make counter offensives that can stand.

The new developments have thrown the international community, its activist arm led by human rights organizations, and its propaganda arm led by the international press, into disarray. For a long time, the international community refused to recognise M23 as a domestic Congolese problem with grievances against Kinshasa. Instead, they insisted M23 was actually the Rwandan army itself. Tall tales of large movements of troops crossing the border from Rwanda into DRC were relayed to the world. Added to this were allegations that large quantities of arms and ammunition were being transported from Kigali to Goma to support the operation.

Shock and shame

A report by a UN “panel of experts” that many informed people saw as little more than a shoddy and poorly written work of fiction was given Biblical status.

The belief that M23 was the hidden work of Kigali was so widespread that obvious facts were ignored. Even when Kabila fired his chief of staff for selling arms to the rebels, the human rights community and its propaganda arm, the international press, refused to report the matter as it would have undermined the credibility of their claim that it was the Rwandan army fighting in DRC and supplying itself the weapons. So powerful was the desire to find Rwanda guilty that nearly every international donor began cutting aid to Rwanda.

The fighting among the different factions of the M23 has taken the entire UN system, its human rights allies and the international press by shock and surprise. Without Rwanda to play the role of villain, the triumvirate is now confused. With tens of thousands getting displaced, thousands of refugees flocking into Rwanda, Uganda and Burundi, with hundreds dead anddying, there is only a murmur in the international press about the evolving humanitarian crisis in eastern DRC. The problem is that the international community has no one to blame this time.

Informed sources say the current feud within the ranks of M23 is both unfortunate and sad given that Tutsi citizens of DRC face an existential threat from Kinshasa. The leaders of Congo have been openly calling upon different communities in the eastern region to exterminate all Tutsi in that region. Therefore, M23 emerged with strong and legitimate grievances, which the international community through the UN sought to suppress by shifting the blame from Kinshasa to Kigali.

However, from the beginning, this newspaper reported that Kigali was anxious and uncomfortable with M23. Although it shared their legitimate fears, strategists in Kigali felt that Congolese Tutsi are too undisciplined to work with. Sources close to Kagame have always said the president thinks the leadership of Kinshasa and the rebels are all ideologically bankrupt. He has also said this in an open address to the Rwandan parliament. Given his strong views on this matter, it was unlikely that Kagame was the man to throw in his lot with M23.

Besides, Rwanda is aware that although it can influence M23, it does not have control over it. For example, one of the factors behind the current infighting in the rebel group is clan politics and rivalries. Ntaganda is from the Bagogwe clan alongside Baudouin Ngaruye. Meanwhile Makenga is also from the same Bagogwe clan but grew up in Rucuru among Banyejomba clan of former CNDP leader, Laurent Nkunda. Ntaganda has always seen himself as a rival to Nkunda and enjoys large support among the Bagogwe. This meant that Makenga could never rival him for support in the clan which made him court the Banyejomba. Ntaganda has since used his identity to wrestle control from Makenga.

Signs of that M23 would have a fight have always been there. Makenga and Ntaganda have never been friends. When Makenga began M23, he made it clear he had no intention to protect Ntaganda from the International Criminal Court in The Hague. In fact, at the time M23 was formed, Ntaganda who had moved through the Virunga Park was close to Makenga forces. They ignored him. Knowledgeable sources say that among Makenga’s troops were many officers and soldiers who had previously been under Ntaganda’s command and therefore loyal to him. Makenga needed time to consolidate his position.

However, the turning point in M23 came when Runiga became president of the movement. His first action was to negotiate an alliance with Ntaganda. Sources say that Runiga, who is not a Congolese Rwandese but a Mushi, saw that Ntaganda had a following among the M23 troops and had a lot of money and is backed by a strong clan. Makenga, on the other hand, had made Runiga president because as a Mushi and a bishop, he had the stature and following that would expand the political base and appeal of M23 among other Congolese communities. He is well spoken, educated and therefore presentable.

However, when M23 took Goma, the region asked him to leave. In fact Museveni invited Makenga to Kampala where he formally told him that if he needs help from the regional leaders to present his grievances, he needs to withdraw from Goma. Makenga agreed. However, Runiga did not want to leave Goma because he thought it was giving them great political leverage. He called a press conference and put forth a set of political conditions before they could withdraw. He had not consulted Makenga who interpreted it as the hidden voice of Ntaganda.

This was the first and major disagreement between Runiga and Makenga. Runiga was now challenging Makenga claiming he was the supreme political leader. He also promoted Col. Baudoin Ngaruye (now in a refugee camp in Giseyi) to Brigadier General – the same rank as Makenga. Nyaruye is very close to Ntaganda. Makenga saw this as Ntaganda taking over M23.

When Makenga returned from Kampala, he wanted to arrest Runiga. However, after a lot of political negotiations he abandoned the idea. But the battle-lines had been drawn and it was only time before the two sides would flex muscles in eastern Congo.

The specific point of departure between Runiga and Makenga emerged from the direction of  negotiations in Kampala.

Makenga, sources say, felt the negotiations should be narrowed down to focus on breaches of the 2009 agreement that led to the M23 rebellion. He focused on ethnic persecution and attracted other ethnic groups to his agenda.

Runiga, as a politician wanted to broaden the demands to governance. He saw that the broader platform would attract more support among non-Rwandan Congolese who feel oppressed by Kinshasa.

These inter and intra clan and factional rivalries meant that Rwanda could not actively support any of the groups in eastern Congo except at the price of being dragged into what was potential chaos.

Courting Museveni

Therefore, from the beginning of this conflict, and if the international community was genuinely committed to solving the problems of DRC, it needed Rwanda’s aid. However, ignorance and prejudice combined with self-interest to push the international community into isolating Rwanda. Without Kigali to cajole and threaten M23, the Tutsi insurgents in DRC were a time bomb.

Meanwhile Kinshasa was always only happy to find an international scapegoat for its own internal failures and Rwanda was a perfect one. However, Kinshasa knew all too well the domestic dynamics – and therefore Kabila kept direct personal contact with both Ntaganda and Makenga, calling each one of them by phone regularly.

Sources say that through this interaction, Kabila was able to skillfully exploit historical animosities between the two men and their clans – trying to woo both by bad mouthing the other. Congolese intelligence may be corrupt and incompetent in almost everything under the sun but it is efficient in one thing – spreading rumours. Thus, sources say, Congolese intelligence led each side (Makenga and Ntaganda) to believe that the other was working with Kinshasa to clinch a deal behind the other’s back. This increased internal suspicions, which fed into historical clan rivalries. However, what Congo lacks in military and political capacity it may achieve in diplomacy.

Since 2011, when relations between Uganda and Rwanda significantly improved significantly, President Museveni and Kagame have been viewed as natural allies. Museveni is the lead mediator on the conflict in Congo. As new alliances are forged, it appears Rwanda’s enemies might want isolate Kagame even from Museveni.

There is a risk if some parties play on their previous animosities to draw the two leaders apart by taking positions that may favour Kampala but hurt Kigali.

When Museveni lost his father, Kagame was expected to fly to Uganda for the funeral. He did not and sent condolences sparking speculation.

Meanwhile, Kikwete flew directly from Addis Ababa to Rwakitura to attend the funeral. Later Kabila flew from Addis Ababa as well to Kinshasa before flying to Rwakitura to lay a wreath on Mzee Amos’ Kaguta’s grave, apparently, sources claim, on the instigation of Kikwete. In the end, observers say, the big security picture in the region could be decided by small matters such as these.

Advertisements

La France cherche deux choses en RDC: consolider le pouvoir corrompu de Kabila, et assurer la solidité des FDLR pour la destabilisation du Rwanda.

France would love to use every weapon possible to fight the Kigali Government because it stopped them from whipping out part of Rwandans.

France would love to use every weapon possible to fight the Kigali Government because it stopped them from whipping out part of Rwandans.

Et qu’est-ce que cela veut dire? Un ami m’a posé cette question hier, et je crois qu’il faut y répondre ici. Je lui ai dit que cette force veut dire que la RDC continue d’être la “cash cow” des missions de paix de l’ONU qui payent des dividendes monétaires, politiques et diplomatiques à la France. Celle-ci cherche deux choses à l’Est de la RDC: consolider le pouvoir corrompu de Kabila, et assurer la solidité des FDLR pour la destabilisation du Rwanda. les français sont encore à la recherche d’une manière à eux de régler leur compte avec le Rwanda. Ils savent que les tutsis congolais demeurent attachés à leur cause, qui est aussi étroitement liée à la stabilité régionale. Les français savent qu’au nom de cette stabilité régionale, les tutsis congolais avec les autres congolais à l’Est du pays, combattront les FDLR toujours et avec détermination. Que l’on ne s’y trompe donc pas, la brigade d’intervention rapide décidée par le CS viendrait combattre les forces négatives théoriquement. Pratiquement, avec cette force, l’ONU vient de décider d’entrer directement en guerre contre le M23 sous couvert du générique nom “force négative”. Les FDLR force négative par excellence ne sont jamais l’objectif de l’ONU, elle avec la France contribue à les consolider davantage depuis 1994. lire la suite sur Mushaki page

Les raisons du soutien de la Communauté Internationale à Joseph Kabila Le trafiquant des Drogues, Armes et des minerais radioactifs

Israeli businessman Dan Gertler greets Democratic Republic of Congo President kabila at his wedding

Israeli businessman Dan Gertler greets Democratic Republic of Congo President kabila at his wedding

Des lors, comment ne pas comprendre le soutien inconditionnel que voue cette Communauté Internationale à Joseph Kabila ? Peuple dupe, peuple congolais prend ton destin en main et lève-toi, comme un seul homme pour bouter dehors Joseph Kabila et sa Monusco. Marches marches vers ta libération et ta liberté, car le pétrole pour lequel on te déshumanise et on te trucide, est le produit organique dérivé du sang et de la chair de tes ancêtres…Ceux qui voudront le partager avec nous, sont les bienvenus et, au diable ceux qui veulent le partager sans nous.

Qu’est-ce qui, chez Joseph Kabila, plait tant à la Communauté Internationale ?

Sa gueule de môme ? Son air bovin ? Son illettrisme innocent ? Son statut génétique free martiniste ? Rien de tout ça. Mais quand on sait que l’ordre politique et économique mondial actuel consacre le matérialisme au point que, tout est régulé et réglé par le dollar et le petro dollar, via le trafic des armes, des drogues, des matières précieuses, etc. C’est donc son côté businessman qui les intéresse ; mieux, son côté mercantiliste ou vendeur d’épices quoi.

  1. un trafiquant  des minerais  ordinaires. Tout le monde sait à Goma que les 5/6e de la cassitérite et du Coltan de Kasese et de Punia (au Maniema), de Mubi, de Njingala et de Bisie (dans le Walikale) de Rubaya et de Bibatama (dans le Masisi), de Numbi et de Nyabibwe (dans le Kalehe), de Kingulube et Kanyola (dans le Sud-Kivu) vont desormais à Kisangani où ce petit affairiste a ouvert une fonderie au nom de sa très chère épouse.
  2. un trafiquant des minerais précieux.  Tout l’or d’Omate (dans le walikale), de Salamabila (dans le Maniema), de Twangiza (dans le Sud-Kivu) passe dans la multinationale BANRO dans laquelle  sa soeur jumelle et leur petit frere Zoe detiennent 60% .
  3. un trafiquant des nitrates d’ammonium. L’exclusivité du contrôle de la production des explosifs de l’Entreprise dénommée AFRIDEX de Likasi (au Katanga) est passée à la Présidence de la République alors que depuis toujours cela a toujours été sous le contrôle du ministère de la défense.
  4. un trafiquant de minerais radioactifs. L’uranium et le radium de Chinkolobwe (dans le Katanga) et de Walikale (dans le Nord-Kivu) est devenu son domaine réservé afin que le trafic de ceux-ci ne souffre d’aucune indiscrétion
  5. un trafiquant des drogues dures. Que Lubumbashi ait troqué son statut de capitale de cuivre contre celui de capitale de blanchiment de l’argent sale, juste pendant le règne de Joseph Kabila, et que cela ait coïncidé avec le listage de cette ville parmi celles qui sont devenues des plaques tournantes du trafic mondial de la drogue, cela doit faire réfléchir.
  6. un trafiquant d’armes et munitions de guerre. Il y avait pris gout très tôt, lorsqu’il convoyait, d’une part, les futs bourres d’explosifs mêlés aux  morceaux de ferrailles (à larguer sur des objectifs civils de Goma, Bukavu, Kisangani, Kalemie, Opala, Ikela, Kabalo, etc.) et, d’autre part, les armes et munitions achetées en sa présence sur le marche noir, et dont il avait la mission paternelle de faire parvenir (par largage) aux FDLR et May may dans leur zone d’occupation. Devenu président, plus tard, il a du prendre langue, sans intermédiaire, avec les parrains de la pègre des armes de guerre. Depuis 2001, donc, il en achète à tour de bras à des prix surfacturés au détriment du trésor public congolais. Conseillé par le pourri talentueux qui s’était casse la gueule au bout de la piste de l’aérodrome de Kavumu, il a réussi à créer en RDC une sorte de puits, sans fond, à armes légères. Les nébuleuses May may et patati et patata, matérialisent ce puits. C’est ainsi que, le RCD, le CNDP et actuellement le M23, en dépit de nombreuses défaites infligées aux FARDC, aux May may, aux FDLR et d’important arsenaux militaires raflés à ces forces (qui sont au service de Joseph Kabila depuis 12 ans) d’autres arsenaux contenant des armes pimpant neuves sont, quasi instantanément, reconstitués ! La mort de porteurs de ces armes perdues, lui importe très peu ; ce qui compte pour lui c’est la bonne santé de firmes de fabrication de ces armes (firmes dans lesquelles il est de plus en plus l’actionnaire majoritaire). Tant qu’il sera aux commandes de la RDC, Joseph Kabila aura la main basse sur le Trésor public (le gouverneur magnifique et claudiquant Claude Masangu lui doit tout, même son infirmité physique et mentale !). En manœuvrant en amont (en tant qu’actionnaire dans les firmes de fabrication d’armes) et en aval (comme fossoyeur) il espère faire tourner la roue de son business de manière continue. Des lors, comment ne pas comprendre le soutien inconditionnel que voue cette Communauté Internationale à Joseph Kabila ? Peuple dupe, peuple congolais prend ton destin en main et lève-toi, comme un seul homme pour bouter dehors Joseph Kabila et sa Monusco. Marches marches vers ta libération et ta liberté, car le pétrole pour lequel on te déshumanise et on te trucide, est le produit organique dérivé du sang et de la chair de tes ancêtres…Ceux qui voudront le partager avec nous, sont les bienvenus et, au diable ceux qui veulent le partager sans nous.

Source: Soleil du Graben

LE 23 MARS : Date plus que symbolique pour les combattants de la liberté de la RDC

Le Gen major Laurent Nkunda Mihingo

Le Gen major Laurent Nkunda Mihingo

(soleildugraben) Ce 23 Mars 2013, Bosco Ntaganda, l’homme qui a été utilisé par le gouvernement de Kinshasa et la Communauté Internationale pour écarter le Général Major Laurent NKUNDA (sous prétexte que c’était lui  le problème a l’Est) vient de prendre place dans sa cellule  à la HAYE après avoir été, militairement, défait par le Champion toutes catégories en matière de guerre armée en RDC, nous avons cité le Général de Brigade Sultani MAKENGA.

Poursuivi pour crimes des guerres, Bosco Ntaganda a servi, 3 ans durant, dans les rangs des FARDC, à l’issue de la signature, entre Kinshasa et le CNDP, de l’Accord dit du 23 Mars en 2009. Il n’est un secret pour personne que le Gouvernement de Kinshasa  a toujours refusé de remettre  Bosco Ntaganda à la Haye, au motif que c’était au nom de la paix (dixit Lambert Mende, le porte-parole du Gouvernement). Mais certains analystes pensent que ce sont les liens d’affaires tellement solides qui ligotent  cet individu aux autorités politiques et militaires de Kinshasa, qui faisaient que, de simples pressions de la Communauté Internationale ne pouvaient les briser…

Makenga Sultani

Makenga Sultani

23 Mars 2009 à Goma était signé, entre le CNDP et le gouvernement de Kinshasa, un accord dont le M23, créé par Sultani MAKENGA le 06 Mai 2012 à Runyonyi, réclame aujourd’hui le respect de toutes les clauses. Après trois ans passées au sein des FARDC dans le cadre de cet accord, les militaires de la composante ex-CNDP n’a pas eu gain de cause, notamment en ce qui concerne les dispositions relatives à combattre toutes  les forces négatives étrangères, à désarmer les forces négatives étrangères présentes au Kivu et à ramener la paix à l’Est de la République Démocratique du Congo, afin de rapatrier les refugiés congolais de l’extérieur et réinsérer déplacés internes.

René Abandi

René Abandi

Le Chef de la délégation  du M23 à KAMPALA, Monsieur René ABANDI,  s’est confié  ce 23 mars 2013 à notre rédaction en ces termes : «les négociations qui vont continuer dans quelques jours à Kampala, devront aboutir à un Accord, seulement, après avoir vidé toutes les questions inscrites à l’ordre du jour à savoir : l’évaluation de l’accord du 23 Mars 2009, la question liée à la sécurité, les questions concernant  l’économie,  la bonne gouvernance, le social des Congolais et, enfin, le mécanisme de suivi de l’accord qui sera signé à l’issue de ces négociations ». Pour Monsieur René ABANDI, un seul point a déjà été traité, vidé et les conclusions ont été acceptées par les deux parties. Il ressort des conclusions partielles des discussions, sur le premier point, que certaines questions parmi lesquelles figure celle de rapatriement des refugiés n’ont jamais été traitées par Kinshasa et cela nous donne raison de croire que seul Kinshasa doit porter la responsabilité des conséquences de la situation actuelle à l’Est de la République ». Quatre ans après l’Accord du 23 mars 2009, les camps des déplacés internes se sont multipliés par trois, ceux des refugiés ont augmenté considérablement et les  refugiés congolais perdent espoir quant à leur retour au pays.

23 mars 2007 à Kimoka, le Général Major Laurent NKUNDA, bien des années après avoir guerroyé contre le gouvernement de Kinshasa, accepte d’intégrer ses militaires, au sein des FARDC, à travers la structure dite mixage. Dans un discours mémorable, il rappelle qu’il est impossible d’envisager une paix durable sans résoudre la question endémique des refugiés congolais qui croupissent dans des camps de fortune, dans tous les pays de la sous région des grands lacs africains : « en ce jour mémorable où je remets mes militaires entre les mains de l’Etat Major Général des FARDC, je tiens à souligner que je ne suis ni l’ennemi de Joseph KABILA ni celui du gouvernement de Kinshasa, mais celui d’un système qui a inversé les valeurs dans notre pays. Je vous donne des milliers de mes militaires sans que je me préoccupe de mon sort. Je ne voudrai pas précéder à Kinshasa et laisser mes militaires derrière moi, car les mêmes causes produisant les mêmes effets, nous ne voudrions pas refaire la même erreur que celle du RCD ». S’adressant au Lt. Général  NUMBI représentant du président Joseph KABILA à ces cérémonies du 23 mars 2007, le Général Major Laurent NKUNDA a eu ces mots : «  Mon Général, ces enfants que je vous donne aujourd’hui se sont enrôlés dans l’ANC, branche armée du CNDP, pour lutter contre les forces négatives et permettre à leurs parents de revenir au pays. Cette cause reste intacte,   Je vous demande d’y mettre fin ». Pour un refugié du camp de Kigeme au Rwanda : «il faut que les causes profondes du conflit soient résolues avant qu’ils puissent envisager un retour dans leur pays la RDC».

 23 mars 2013,  les mai-mai Kata Katanga  attaquent la ville de Lubumbashi, marchent jusqu’à la place dite de la poste, en plein centre ville, et hissent le drapeau symbole de la sécession katangaise sur le monument de Moïse Tshombe. Cette action, que d’aucuns considéraient déjà comme un échec cuisant et irréversible du gouvernement, c’est aussi un Colonel de l’ex-CNDP et de surcroît signataire de l’Acte d’engagement annexé à l’Accord du 23 Mars 2009, qui sort l’impuissant et corrompu gouvernement de Kinshasa de la honte et de l’embarras en reprenant le contrôle de la 2e ville de notre pays après que cette dernière ait été assiégée par ces apprentis sorciers pendant 3 longues heures !

23 Mars, 23 Mars quand tu nous tiens…

http://www.soleildugraben.com

Pasteur Isaac Shengezi: Je me sens complètement désespéré à cause de l’avenir de notre héritage commun, la RDC

Pasteur Isaac shengezi

Pateur Isaac Shengezi

Lettre à mon Ami Simon Kikunda Walikilogo,
Resident à Abidjan en Cote d’Ivoire
Goma, le 26/03/2013
Je me permets de vous écrire aujourd’hui, en raison du désespoir qui accable mon cœur. Je me sens complètement désespéré à cause de l’avenir de notre héritage commun, la République Démocratique du Congo que j’aime tant. Je vais être bref. Vos écris m’ont donné beaucoup d’espoir. De ma part, je me battais en me disant que cette fois-ci nous sommes sur la bonne voie, et que c’est notre heure. Comme j’aimerais tellement faire des miracles pour l’Afrique ! On ne peut pas rater de la mettre sur le rail.
Un adage, dans mon pays, dit que c’est celui qui n’a rien qui parle au passé. C’est à dire que c’est le pauvre qui dit toujours à tout le monde « qu’avant, il était riche, fort, respecté… Avant, il était aimé, etc. »
Ce sont les gens qui n’ont pas réussi dans leurs vies qui parlent au passé et rattachent inconditionnellement leur « succès » a celui de leurs prédécesseurs: mon grand-père était un roi… Mon père était très riche, etc. Vous pensez qu’un Américain se sentirait offusqué ou jaloux qu’un grec aujourd’hui lui dise qu’avant, ses ancêtres avaient été les maîtres du monde ? Et bien non car il sait qu’aujourd’hui c’est lui le maître du Grec. Que l’on fut riche avant, que nos ancêtres aient été respectés … le monde se fout de ca car la réalité est qu’AUJOURD’HUI nous ne sommes RIEN.
Et si nous voulons être utiles, concentrons-nous sur comment rendre notre présent fructueux afin que nos enfants ou petits fils puissent aussi dire qu’AUJOURD’HUI, ils sont riches, forts, vaillants et puissants parce “NOUS “, leurs ancêtres, nous nous sommes battus pour leur dignité et assurer la relève.
Que les viveurs d’avant débarrassent le planché et laissent place aux révolutionnaires, car notre pays la RDC se développera avec tous ceux qui ont décidé de relever un certain défi, plutôt qu’avec ceux qui ont opté pour d’autres réalités.
Dire que la RDC était mieux avant l’indépendance est un mensonge qui sert à accréditer la thèse selon laquelle les Congolais sont nuls et qu’ils feraient mieux de confier la gestion de leurs pays aux anciens occupants. C’est une incitation à agir par procuration. C’est renoncer au minimum de souveraineté pour confier le destin de notre pays à la gestion des étrangers.
La jeunesse congolaise doit comprendre qu’elle devra s’armer de connaissances et d’ambition pour jouer tout le rôle qui est le sien dans la gestion politique, économique et administrative de son pays. Les pièges pour lui mettre les chaînes invisibles de la soumission sont nombreux et souvent là où on s’attend le moins. La vigilance et la rigueur intellectuelle doivent guider toute la pensée, bien avant l’action. Nous avons commis beaucoup d’erreurs mais nous allons avancer avec les corrections.
Et lorsque vous prenez conscience qu’on est en bataille, vous vous demandez comment nous pouvons arriver à la victoire et quel est votre rôle dedans. Pour arriver à la victoire, il faut que vous passiez votre temps à analyser nos faiblesses, car si les autres nous ont battus jusqu’aujourd’hui, c’est parce que la plupart des nos compatriotes font semblant d’être avec nous, mais ils font partie du système, parce qu’ils vivent grâce au système. Il suffit de voir comment, sous des prétextes divers les Congolais me combattent depuis que j’ai décidé d’expliquer les secrets du système actuels dans notre pays, les pièges du système dominant, leurs politiques et mode de gouvernance…
C’est juste une poignée de personnes qui se retrouvent dans le système actuel, et il nous font la guerre sans merci, mais avec une sensibilisation, une bonne mobilisation nous arriverons à démanteler ce système. C’était hier c’était les dinosaures de Mobutu dans un système qui n’est pas différent de ces prédateurs d’aujourd’hui, ils s’en foutent du quotidien des Congolais en oubliant que la politique d’exclusions ne paient pas. C’est plutôt une bombe à retardement heureusement qui bientôt va exploser, car le malaise social a atteint le sommet culminant. Que dire des Kuluna, des ces groupes armés dans notre pays.
Mon cher Simon Kikunda, c’est des revendications legitimes… Le Congolais, en la personne de Mai Mai Morgan qui avait tué les Okapi dans la Province Orientale était mal vu, mais son acte est aujourd’hui révélateur. A quoi servaient les animaux qui font entrer l’argent au pays, mais curieusement ne nous font pas bénéficier ? Le tourisme paie, les matières premières aussi mais qui en tire bénéfice ? C’est le paradoxe congolais qui révolte : un pays riche avec ses habitants pauvres, cette abnégation de ce compatriote me fait réflechir… Les Congolais qui vivent à l’étranger, la diaspora congolaise, je vais dire, les combattants en particulier réclament, je cite : “le pays est sous occupation étrangere en complicité avec d’autres compatriotes inconscients”. Quand vous lirez peut-être vous aurez l’impression qu’ils sont xénophobes, loin de là, mon ami, nous avons grandi ensemble et avons étudié avec tout le monde. Le problème que nous connaissons actuellement ne figurait pas dans notre agenda.Aactuellement c’est la politique pour remplir sa poche qui fait rage, les gens s’en foutant de la paix, pourtant le moteur du développement.
Le diamant, le coltan et l’or, les rebellions ou les guerres … le sang coule chaque jour. C’est du business du sang, Que dirai-je de l’uranium congolais ? Oui les congolais sont très intelligents… Nos ressources naturelles seront des richesses le jour ou nous prendrons conscience, car sans y ajouter une valeur ajoutée, nous continuerons a vivre une domination économique, et non le partenariat économique.
Nous n’allons plus inventer la roue. Tout est à notre disposition pour libérer notre chère nation.

Merci mon cher Ami, Nous sommes ensemble…
Fait à Goma, le 26/03/2013
conseilspirituel@yahoo.co.uk
Contact : +256782068415

Une discution entre Kabila, Kahongya et Ponyo dans Un Jet.

Transport au Congo

Des enfants Congolais

Une discution s’est passée sur le ciel du kivu dans le jet privé du president Kabila entre Kabila, Ponyo, kahongya et son pilot.
Kabila dit si je jette un billet de 100$ je vais aidé la vie d’un Kivucien,
-Mponyo dit a son tour si je jette 10 billets de 10$ j’aurai aidé 10 kivuciens,
Kohongya replique si je jettai 100 billets de 1$ je serai aplodi pour avoir aidé 100 kivuciens, enfin le pilote dit si je vs jette tous 3 les kivuciens fairont 100jours de fête.

Qui dit vrai? lol
Dr. Love

Joseph Kabila sur facebook pendant que les autres President réfléchissent sur l’avenir de leurs Nations

Joseph Kabila sur facebook pendant que les Sassou, kagame, Museveni

Joseph Kabila sur facebook pendant que les Sassou, kagame, Museveni réfléchissent sur l’avenir de leurs nations.

Une photo prise le dimanche dernier à Oyo lors du mini-sommet entre les présidents SASSOU, KAGAME, MUSEVENI et KABILA  sur la situation sécuritaire en RDCongo circule sur le net et suscite beaucoup de commentaires auprès des internautes du monde entier.  Soleil du Graben  vous retransmet ici les réactions de certains d’entre eux par rapport à cette photo.

Kabongo Louis Même en classe pendant les cours, il a toujours été distrait avec ses doigts en mangeant ses ongles looool. Ya illettré.

Nzamitere Fils désintéressé de l’ordre du jour

Douglas B. Nkongolo Et vous remarquerez que chaque Président à un stylo et un agenda probablement mis par le service de protocole, donc c’est prévu qu’ils peuvent écrire… est ce que KABILA pourra écrire ? Si oui, quoi ?

Yann Luambila Quand on parle avec les gens et on est concentré sur son portable ce n’est pas polie du tout. Alors moi, je trouve bizarre qu’en pleine réunion Joseph manipule sa tablette. Soit la discussion n’était pas a son niveau intellectuel c’est-à-dire plus bas, soit on lui  a donné la tablette pour jouer  et se distraire pendant que les autres travaillent. Et lui comme il adore jouer. Pff

Theogene Réagi : Diplomatiquement parlant cela veut dire qu’on ne respecte pas les autres présidents, François Hollande lui a fait le même coup à Kinshasa lors de son discours au sommet de la francophonie. Joseph parlait et Hollande écrivait, totalement ailleurs. Mais pour Hollande c’était du mépris. Pour Kabila c’est l’ignorance même des règles diplomatique. Bina mu shinda

Pascal Mugaruka le président sur facebook pendant que les autres réfléchissent sur l’avenir de leurs nations. Awa

Josué Santana IL est connecte sur facebook au lieu de parler, un Président négligeant. Un figurant..

Arno Nsingasi Kabila tu n’es pas éligible pour le plus haut sommet de l’état à non ça j’en suis sûre comme nous pouvons le remarquer tes collègues sont entrain de défendre leur nation, toi t’es la toujours  facebook triste.

Nathalie Yacine Vraiment ce type ce fout complètement des problèmes des congolais. Naseki ti mayi ya misu ebimi ngayi! Vraiment le peuple congolais ne mérite  pas ce type à la tête du pays.

Dédé Cœur Il est sur Face book… le débat du Congo ne l’intéresse pas du tout. Alors ou irons nous avec un président comme caaaaa ??

Romeo Tango il est connecte a internet pour lire les conneries…des combattants congolais et voir s’il y en a un qui raisonne bien comme lui.

Léon Engulu Boleli Jeu video.Parait qu’il en est fan.

Sandrine Sengi les autres en profitent pour comploter…

Dede Coeur Il est sur Facebook… le debat du Congo ne l’intéresse pas. Alors pas du tout. Givenchy Tschongo la tablette représente les millions des morts dans l’est du Congo à cause de son incompétence. Ba ndugu tupiganishe uyu mutu

Albi Kidumu Etonnant, pour une fois qu’on ne le voit pas les dents en l’air, je préfère encore le voir jouer avec sa tablette que de le voir entrain de se donner en spectacle sur sa moto comme un mongol.

Sans commentaires…