Archive | August 2012

War in Congo : James Kabarebe Spills ‘Secrets’ About DRC, M23

interview

Who in the Congolese establishment caused the latest international uproar over alleged Rwanda link to M23 rebels? What is the role of President Kabila? Why in the first place did it all happen so fast? Is the Rwanda Defense Forces (RDF) comparable to the Belgian army? You will be surprised after reading the latest interview from Rwanda’s Defense Minister, General James Kabarebe. In an interview with Belgian journalist Colette Braeckman, the General tells it all. The interview is originally in French.

QUESTION: On the eve of elections in Congo last fall, you said that if you were able to help the country become more stable, you would. Given the current situation, what went wrong?

It is not just on the eve of elections that we had tried to help the Congo. In 2009, we tried to solve the problem of CNDP, which led to the arrest of General Laurent Nkunda and the sidelining of many other groups, Pareco, the Mai Mai, Kifwawa, Nakabaka group, FRC … All were eventually integrated into the government army. Since then, we have restored diplomatic relations with the Congo, our presidents met several times. It was positive evolution that surprised everyone, including ourselves.

What happened? This is a question we ask ourselves too, but nobody is there to answer. But some people, especially in the West, have decided to question only Rwanda for whatever is happening in the DRC.

QUESTION: After the elections, President Kabila was put under pressure by the international community demanding the arrest of General Bosco Ntaganda, who is wanted by the International Criminal Court. Has at any time there been some kind of agreement between Kinshasa and Kigali to get rid of the general and to replace him?

This is where the confusion began.

For a genesis of the situation, we must go back to the 2009 agreements and remember that even after the elections in Congo and until April 2012, there was no problem. In 2009, we helped solve the problem of CNDP by supporting the integration of its soldiers in the government army, just as well for Pareco, Mai Mai Kifwawa, Nakabaka, and a dozen other groups. But thereafter, the management of this situation was to be the responsibility of the Congolese themselves…

CNDP was integrated as a result of the Nairobi agreement under the supervision of Presidents Obasanjo and Mkapa. Rwanda had contributed to this agreement, which for three years, had helped pacify the eastern Congo. But today the integration of these forces has failed. This failure is not the fault of Rwanda, but it is due to the mismanagement of the military integration process.

QUESTION: What happened in this past year?

In December, after his election, President Kabila sent a special envoy to Kigali, accompanied by some soldiers. Presidential Adviser, the late Katumba Mwanke, brought a message comprising four points: the first is that President Kabila was seeking the support of Rwanda to transfer soldiers of Rwandan origin who were based in eastern Congo to other provinces. He also wanted our support as the west was demanding the arrest of General Bosco Ntaganda. After achieving these above two points, we would have conducted joint operations to neutralize the FDLR. And finally, from successfully working well together on the previous points, we would have strengthened economic cooperation between our two countries, launched several projects that have remained unfinished.

The delegation told us that the Rwandophone soldiers had refused to be deployed outside of Kivu and hoped that we would be able to convince them, given our historical relationship not only with former CNDP soldiers, but also with other Congolese officers.

According to them, these men refused to be transferred to other parts of the country because Bosco Ntaganda forbade them … As usual we offered our help even if my feeling was that such problems should be solved on a national level.

Regarding Bosco Ntaganda, remember the international community, which demanded his arrest, had a UN peacekeeping force of 20,000 with tanks, helicopters, Special Forces – a force located partly in Goma, next to Bosco. Together, the officers played tennis, they frequented the same clubs, the same bars and restaurants. Why couldn’t they take charge of his arrest, why would they ask us to do it? We made it clear that the arrest was not our responsibility, as it was a Congolese officer very close to President Kabila, with whom they had done business together. Do you remember the story of a plane load of gold intercepted in Goma? Very senior Congolese were involved in this case. Ntaganda was no longer under our control…

We were told by the members of the delegation that they would arrest Bosco, but would not hand him to International Criminal Court. It was the 5th February and the delegation returned to Kinshasa. Two days after this encounter, Mwanke Katumba was killed in a plane crash in Bukavu.

In late March, President Kabila sent another delegation to Kigali, headed by head of the security services, Kalev, Colonel Jean-Claude and others. They still wanted our assistance because they indicated they could not solve the problems of the East without our support. What support? They insisted that Bosco Ntaganda was blocking the transfer of Rwandophone soldiers in the country.

We proposed to hold a meeting in which Bosco Ntaganda participated and during which we would try to convince him to let these officers be deployed outside of Kivu.

The meeting was set for April 8, during when, we expected these gentlemen, but they arrived without Ntaganda because a rumor had spread that the governments of Rwanda and Congo were preparing to arrest him. Frightened, he refused to come. The Congolese arrived with three officers, Colonel Sultani Makenga, Colonel Faustin Muhindo and Colonel Innocent Zimurinda. The meeting was supposed to convince Ntaganda, but he was absent. “He had disappeared the previous night with 200 of his men outside Goma … Maybe he was on his farm in Masisi …” I then pointed out that “if Bosco is no longer there, it cannot prevent the deployment of his officers, the problem is solved …”

I was told that in fact there was still a problem and that is why the three officers were here. We listened to our interlocutors, with the desire to help the DRC, in a manner that was friendly, fraternal. The importance of this meeting, April 8, is that it was an issue of a missed opportunity. It marked the turning point of everything that would happen later in the Congo.

If our interlocutors had listened to the advice that we gave them that day, things would have been very different.

This date is crucial because at this meeting we listened to government officials including Kalev and General Yav. They accused the Rwandophone officers of refusing to be deployed elsewhere in the country, of not being part of the system … Kalev explained that the President was determined to protect Bosco Ntaganda, not to transfer him to ICC but to refer him to Congolese courts.

They raised so many points, I kept all my notes, meeting minutes … The three Rwandophone officers for their part explained: “It is not that Bosco blocks us, but the fact that many issues contained in 2009 agreement have not been implemented. As a prerequisite for our deployment to other parts of the Congo, it was necessary to restore security in Kivu, the problem of the FDLR, allow our parents who have for long lived in refugee camps in Rwanda to return home.” They added: “Our integration was never complete, we were paid differently than other members, we received grades but they were never confirmed by Order, and any time we might be driven out of the army.” These officers were facing segregation, exclusion, being regarded as second-class military…

They mentioned that more than 50 of their comrades, who had been transferred to Dungu in Orientale Province, were killed in one night and that the government had never conducted any investigation. They cited the name of the person responsible for their deaths, a Colonel still in service … “We were integrated of course, but we are still frustrated. We were ready to contribute to peace in the Kivus, but we are not supported: we lacked transportation, communications, vehicles, money. Nothing! And how could we conduct operations against the FDLR and other armed groups?”

“And even when we start these operations, the FDLR are informed in advance by people from the government side, they pass the information.”

There were so many complaints that I cannot remember them all. I then spoke to Kalev, asking if he knew all this already. He replied in the midst of the others that he had heard it so many times, that he had often spoken to the president, but he had nothing to do!

I then asked how they could get out of this situation. They repeated that they could not deploy outside of Kivu. The others said that the government could not tolerate indiscipline and they should leave. I then warned government officials, telling them that this was a bomb, they had to find solutions before it is too late.

As I know very well the situation in Kivu, I know everyone there, I concluded that it was on the verge of war. I said it should be avoided at all costs and that if they wanted any assistance, we are willing to help find a solution. War, we said, will affect everyone, the Congolese population, Rwanda. From our perspective, if war breaks out, the FDLR will regain ground.

At the same time, April 8, while we were seeking a peaceful solution, the Congolese government sent a large military force to Goma, rocket launchers, T52 tanks, helicopter gunships. Goma was suddenly heavily militarized. At the moment, with Kalev and Yav, the head of military information, we were trying to solve problems peacefully, the Chief of Staff, General Etumba and the head of the land forces Tango Amisi landed in Goma to strengthen the military effort.

We repeated that the military option was not the best, but they went forward.

It is at this same time that officers began to desert their units, others refused deployment.

I then advised them to reunite the army to stop the transfers, because the situation was dangerous, look into the administration of the army – because there were too many irregularities, problems of command, discontent was general.

About Bosco Ntaganda, we said that if he were indisciplined, this could not be tolerated, he had to stopped wherever he was. They told me that this was not possible because he was in his farm. I offered we carry out together a new operation against the FDLR, then plan, carry it out. As for commanders who refused to move to Kinshasa or elsewhere, I advised them not to be too hard on them, because it would create chaos. The situation was so volatile that using military force against them could be dangerous.

After the meeting, President Kabila came to Goma, where he announced that he had to stop Bosco Ntaganda at all costs, at any price. This message was the opposite of what I had heard the night before, where I was told that Bosco could stay on his farm.

At this time, so many things happened! When Colonel Zimurinda arrived in Goma, he was disarmed, but the same evening, he was given back his weapons and his escort and he immediately joined Bosco Ntaganda. The next day, Colonel Baudouin Ngaruye was also disarmed and when in the evening his weapons were returned after negotiations, he joined Bosco.

The same day, in Rutshuru General Amisi ordered to disarm all the former CNDP soldiers. Then there was a clash between these soldiers. Then, in Fizi ex-Pareco officers, Nsabimana and Saddam were disarmed, there were skirmishes and they fled to Uvira. The commander of the area, Delphin Kahimbi, deployed forces to fight in Uvira and Bernard Nyamungu tried to protect the fugitives before fleeing himself to Bukavu, where he was arrested. Thus began the chaos.

As for Colonel Makenga he returned to Bukavu after our meeting. When President Kabila arrived in Goma, Makenga was supposed to return to attend a meeting, on the road from Bukavu to Goma, there was an ambush mounted by Delphin Kahimbi. Makenga escaped and arrived in Goma anyway but never returned to Bukavu.

QUESTION: This version is controversial because according to other sources, Makenga fled through the lake towards Rwanda…

No, he escaped the ambush and after a few days he called Jean-Claude Yav saying he could not return to Bukavu as long as Kahimbi would be there and he remained in Goma…

QUESTION: Are you sure he did not travel to Gisenyi at this time?

No, he remained in Goma. Makenga never used to come to Rwanda because he thought he would be arrested because he was close to Laurent Nkunda. During those few days, operations began against Bosco Ntaganda, the FARDC attacked his farm and they brought reinforcements from South Kivu. Delphin Kahimbi even advanced from Bukavu to Goma. Realising that, Makenga left Goma and went to Runyionyi, a place he knew well.

This movement when Colonel Makenga moved to Runyioni changed the whole scenario of war; yes Bosco was not popular among the soldiers, not even with Rwandophone, but not so with Makenga: for him he was very popular with soldiers … His departure caused a mass desertion among FARDC…

The ex-CNDP, were almost defeated in Masisi and reinforced when they did move to Runyonyi. That’s when the alleged support of Rwanda emerged…

This is false, hopeless. They were defeated, why were they not captured? Between Masisi and Runyoni, there is a long distance, more than seven hours. They could have been stopped, blocked…

QUESTION: But a ceasefire was declared, which allowed them to escape…

No, there was no ceasefire. What happened was that this force was intact, with its weapons and commanders; we cannot say it was defeated. It was perhaps left to pass intact.

What is important is that when Makenga reached Runyonyi, he had 200 soldiers. In the days that followed, thousands of soldiers, officers had converged and then defected to join Makenga, and it was not only Rwandophones. According to our information, 80% of the forces of M23 are Hutus, Pareco veterans. Bashi, Hutu, Nande, Barega, and many other groups joined the M23. Even members of President Kabila’s protection services, Katangans, Kasaians, defected and joined Makenga, so there was discontent…

The poor management of the troops is the heart of the problem. How can you send troops into operation by giving them only a handful of beans! Instead of sending them food, you give them a bag of beans, water, and salt-free rice casserole or without firewood … This is impossible.

You cannot say that the Congolese army failed to beat the M23 because the M23 was backed by Rwanda. No! They failed because they cannot fight in conditions in which they are. They could not even kill a rat….

QUESTION: They could have fought if they were fed properly…

The food is not enough. It also requires a good command structure … Having joined the M23, the deserters began to fight better. Not only because of the food, but because they were fighting against a system that abused them … Saying that Rwanda supported the M23, this is wrong and I will show you how…

QUESTION: Are you saying no reinforcement have crossed the border?

I knew this area once. Runyonyi is not on the border, walking from the Rwandan border to Runyonyi, it takes at least eleven hours of walking, you cross the forest because there are no roads, and there is no link between Runyonyi and Rwanda. This whole story of support that Rwanda supposedly provided is a manipulation. But also a very complicated manipulation.

It involves the Congolese government wanting to save face after its military defeat and trouble to explain why its soldiers did not fight. It is supported by the West, which is disappointed by the fact that Bosco Ntaganda was not arrested by the International Criminal Court and that Rwanda has not cooperated in the arrest. Rwanda is punished because it did not cooperate with the International Criminal Court, this is the real problem. Everyone knows that Rwanda does not have a single soldier within the M23, it gives them no support. Even the Congolese know this, they said it to us face to face, but they had to save face…

QUESTION: But in Goma in late June, defectors testified that they were recruited in Rwanda to come to fight in Congo … What do we think?

You know the Congo; you know Goma, Bukavu, is a melting pot of lies aired on radio by the governor, the minister of information…

QUESTION: Still, those who spread these stories that you call lies were many, from different backgrounds, including UN observers…

This is why I speak of a conspiracy against Rwanda, in connivance with the Congolese government and the international community. The problem is there. MONUSCO has been in Congo for more than ten years, and it has not solved anything. It does business with the FDLR, conducts trade in gold, coltan, we all know that.

As for the UN Group of Experts, these young men and women who wrote the report, like Steven Hege, who advocates negotiations with the FDLR, they were also manipulated by the Congolese government.

How can the United Nations designate as experts people as young and inexperienced, who are lost in acronyms? Even their integrity is questionable … They do not have the minimum required level of understanding of this area.

For us, we’re not going to stop having contact with the DRC. On the 1st of May, we had contacts at the level of Army command. They asked us to help them and we will. We reminded them that on April 8 they had missed an opportunity to avoid war. We asked them to stop fighting so we can see what to do, how to help.

At this time, our Congolese interlocutors explicitly asked us to move our forces into the Congo to help solve the problem. We refused to move our forces….

QUESTION: However you have forces based in Rutshuru…

Yes, they were destined to fight the FDLR. It is two companies of Special Forces, along with two companies of Congolese Special Forces. For two years they are there and they are still there…

On May 3, when we had another meeting in Kigali, the Congolese minister of defense also asked us to intervene. But we could not see how we could solve this problem militarily. On May 12, another meeting of defense ministers in Rubavu, they raised the same request. On May 18, another meeting in Kigali, May 26 a new meeting in Kigali, was including the Congolese Minister of Foreign Affairs. At this time, the defeat of government forces was obvious. And it was at this meeting that, for the first time, the Congolese began to accuse Rwanda of aiding the M23, and that is while we already had many meetings to discuss how to help.

They only mentioned this charge on our side and we said some commanders had integrated FDLR. We proposed to establish a joint verification mechanism.

On May 29, the Joint Chiefs of Staff launched the verification mechanism to dispel rumors. On June 19, there was another meeting in Kinshasa, but two days before the Congolese government, the UN accused Rwanda…

QUESTION: Meanwhile, in Goma, defectors had told Monusco they had been recruited in Rwanda to join the M23…

We were informed that there was going to be fabricated evidence to challenge Rwanda and we informed our Congolese interlocutors. We asked them why they did that.

First there was the case of the 11, the FDLR who were in the camp Mutobo and were allegedly sent to Runyonyi. After I had spoken to Colonel Yav, the story disappeared. But then they reappeared and the 11 defectors were found in a MONUSCO camp. Kalev, the head of the ANR, is the origin of all these falsifications, the story was fabricated in Goma, presented to MONUSCO and from there it was left to the UN…

There are so many stories … there was this one of captain Saddam who was allegedly captured somewhere by the FARDC. They found on him a Rwandan identity card and presented it to the group of UN experts. But we do not know this person; he is not included on the lists of our army… The truth is that while we were in Goma for a meeting, the head of the Congolese military intelligence came to me in my room, and spoke about the story of the captain, he said, “we made a big mistake by making these kinds of stories against Rwanda, it has already cost us so dear … this Captain Saddam belonged to the Congolese army, but it was Kalev who decided to make a fake Rwandan identity card and send fake testimony to the UN… Can you imagine that decisions are made on such a basis?”

QUESTION: If Rwanda is the victim of a conspiracy, it is still huge, with the participation of different people, it is enormous…

There have been so many, it’s true … But let’s face it now: Congolese are victims of chaos they have created themselves, the international community knows, I have the minutes of the meeting of the eleven foreign ministers during the conference on security in the Great Lakes in Nairobi. The Congolese government there clearly states that the primary cause of instability in eastern Congo is the international pressure put on them for the arrest of Bosco Ntaganda. And then they put the blame on Rwanda!

As for us, we will continue meetings and contacts with the Congolese. But we happened to see two delegations land in Kigali from Congo. Each has its own message, different from the other and refuses a joint meeting … It’s total confusion.

But what is clear is that President Kabila has been fed lies by his people on the ground…

I think that starting this war, the Congolese have thought it would be a fast operation. They under estimated. But when things started to change in the field, they began looking for a pretext, and to accuse Rwanda. Much more so that whenever things go wrong in Congo, Rwanda is held responsible. To this was added the frustration of the West who wanted to arrest Bosco Ntaganda and President Kabila pushed to do so. All this created enormous chaos.

QUESTIONS: I’m back with the same question: you may doubt the UN experts, their expertise, their level, you can speak about Kalev and manipulation of the ANR, but don’t you think that the Americans, British, and as well as Belgians also have their own sources of information. However, all confirm the same facts. Are they all victims of a collective hallucination?

We have large embassies in Rwanda, and they have the means to gather intelligence. They certainly monitor troop movements, logistics, and movements toward the border. But for the past six years at least, there is no movement towards the border … How could Rwanda fight in DRC without any visible movement?

What they say, is information that has been transmitted from the other side of the border, nothing they found themselves … In Rwanda itself, they saw nothing…

How, in this densely populated country, could the passage of hundreds of soldiers, weapons, trucks have gone unnoticed? No evidence can be provided…

QUESTION: The Belgian Minister Reynders suggested that “uncontrolled Rwandan elements” could be involved. Sounds possible?

I am sure that Rwandan soldiers are more controlled and better organized than the Belgians. If rogue elements exist somewhere, it is rather in the Belgian army than within the Rwandan army. The Rwandan army is strong, well organized, orderly, well-disciplined, rogue elements within it cannot exist…

QUESTION: And the uncontrolled recruitment of Congolese of Tutsi origin that lives on the territory of Rwanda, it could be impossible too?

That is possible. We have refugee camps in Byumba, Gatsibo, Kibuye and Kigeme and other refugees are not in camps. That there could be recruitment in these areas; it is very possible 100%. I told the Congolese that if they had information about the recruitment, they could give us, such that we end it. But the Congolese prefer to make noise and accuse Rwanda…

QUESTION: Private interests, mafia, have they been involved in this?

It is imagination, fantasy, total confusion. How could Rwanda tolerate such movements? Rwandan society is very disciplined, we cannot have such elements … And even if it were, it does not explain how an army could have been beaten by a few hundred elements … Twenty two thousand troops, equipped with tanks, helicopters were defeated by a few hundred rebels. This shows that in Congo there is no government or army, only a large emptiness.

QUESTION: With all these observations made, the pressure being put on Rwanda, what are the possible solutions?

Rwanda is not under pressure. Do you really believe that the UN could put pressure on Rwanda? This is nonsense. Even sanctions cannot frighten us, they mean nothing…

QUESTION: But if funds are cut, budget support blocked, it could hurt…

Money is not a problem. In the bush we survived without resources … Without help, we will develop better; it will give us even more energy. If they are basing their point for sanctions on lies, let them do it, it will not influence Rwanda. In Congo, we did not start these stories, neither did we support them, and now we will not go there to clean up their mess.

We rely on ourselves as we have always done…

QUESTION: What are the possible solutions?

It is up to the Congolese to find them. And also to the Member States of the International Conference on Security in the Great Lakes Region, which will review on September 5. I’m not sure if the neutral force will never be born. By contrast, it is the Joint Verification Mechanism that will work, which will be composed of three representatives from each member state of the conference. The command will be exercised by Uganda, the number two will be from Brazzaville, the others will come from DRC, Rwanda, Burundi, Angola, Tanzania … These officers will watch the border between the DRC and Rwanda, as well as monitor the implementation of the ceasefire between the Congolese army and M23, and the FDLR presence in the field. All this as we wait for the eventual deployment of a neutral force. If it ever comes…

QUESTION: Are negotiations with the M23 possible?

It depends on what the conference decides. Now we must let regional mechanisms play their role. We refer to the decisions of the Conference chaired by Uganda…

If you want to get out of this crisis, the international community needs to understand that pressuring Rwanda about the situation in the DRC, is not good to the DRC: the problems are born there, that is where they should be resolved. And Congolese must know that the solution to their problems will not come from the international community, but themselves. It is relying on themselves, building their own governance mechanisms, their own system, that the Congolese will come out……

If in Kasai or Kinshasa people are hungry and revolt, in which way is Rwanda responsible for this situation? Where is the link … If the Congolese continue to look for the causes of their problems from outside, they will still encounter more difficulties … It’s themselves that must find solutions…

Original French version here:

http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2012/08/29/cartes-sur-table-les-quatre-verites-du-general-james-kabarebe/

Interview done in Kigali, August 29

James Kabarere parle sur les Causes de la geurre du M23 au congo

James Kabarebe

Cartes sur table: les quatre vérités du général James Kabarebe.

Le mauvais management des troupes est au cœur du problème. Comment pouvez vous envoyer des troupes en opération en leur donnant seulement une poignée de haricots secs ! Au lieu de leur envoyer de la nourriture, vous leur donnez un sac de haricots, sans eau, sans sel, sans riz, sans casserole ni bois de feu… C’est impossible.
On ne peut pas dire que l’armée congolaise a échoué à battre le M23, car le M23 était soutenu par le Rwanda. Non. Ils ont échoué parce qu’ils ne peuvent pas se battre, dans les conditions où ils se trouvent. Ils ne tueraient même pas un rat…..

Exclusif : les quatre vérités de James Kabarebe, Ministre de la Défense du Rwanda

A la veille des élections au Congo, l’automne dernier, vous affirmiez que si vous pouviez aider ce pays à se stabiliser davantage, vous le feriez. Au vu de la situation actuelle, qu’est ce qui a mal tourné ?

Ce n’est pas seulement à la veille des élections que nous avons tenté d’aider le Congo. En 2009 déjà, nous avions tenté de résoudre le problème du CNDP (Conseil national pour la défense du peuple), ce qui avait débouché sur l’arrestation du général Laurent Nkunda et la mise à l’écart de beaucoup d’autres groupes, le Pareco, les Mai Mai Kifwawa, le groupe de Nakabaka, le FRC… Tous avaient fini par être intégrés au sein des troupes gouvernementales. Depuis lors, nous avons rétabli les relations diplomatiques avec le Congo, nos présidents se sont rencontrés plusieurs fois. Une évolution aussi positive surprenait tout le monde, y compris nous-mêmes.
Qu’est ce qui s’est passé ? C’est une question que nous nous posons aussi, mais personne n’est là pour nous répondre. Mais certaines personnes, surtout en Occident, ont décidé d’interroger le seul Rwanda sur ce qui se passe en RDC.

Au lendemain des élections, le président Kabila a été mis sous pression par la communauté internationale qui exigeait l’arrestation du général Bosco Ntaganda, recherché par la Cour pénale internationale. N’y a-t-il pas eu à ce moment une sorte d’accord entre Kinshasa et Kigali pour écarter le général et procéder à son remplacement ?

C’est là que la confusion a commencé.
Pour retracer la genèse de l’histoire, il faut remonter aux accords conclus en 2009 et savoir que, jusqu’au lendemain des élections au Congo et jusqu’au mois d’avril 2012, il n’y a pas eu de problème. En 2009, nous avions aidé à résoudre le problème du CNDP en appuyant l’intégration de ses soldats dans l’armée gouvernementale, de même que les militaires du Pareco, des Mai Mai Kifwawa, Nakabaka, soit une dizaine de groupes. Mais par la suite, la gestion de cette situation aurait du être l’affaire des Congolais eux-mêmes…
Le CNDP (Conseil national pour la défense du peuple) avait donc été intégré à la suite d’un accord signé à Nairobi, sous la supervision des présidents Obasanjo et Mkapa. Le Rwanda avait ainsi contribué à un accord qui, durant trois ans, avait permis de pacifier l’Est du Congo. Or aujourd’hui l’intégration de ces forces a échoué. Cet échec n’est pas le fait du Rwanda, mais il est du à la mauvaise gestion du processus d’intégration des militaires.

Que s’est il passé cette année ci ?

En décembre, au lendemain de son élection, le président Kabila dépêcha un envoyé spécial à Kigali, accompagné de quelques militaires. Le conseiller du président, feu Katumba Mwanke, apportait un message en quatre points : le premier c’est que le président Kabila souhaitait obtenir le soutien du Rwanda pour transférer vers d’autres provinces les soldats d’expression rwandaise qui se trouvaient dans l’Est du Congo. Il souhaitait également notre appui car les Occidentaux le pressaient d’arrêter le général Bosco Ntaganda. Après avoir réalisé ces deux points, nous aurions mené des opérations conjointes pour neutraliser les FDLR. Et enfin, forts d’avoir travaillé correctement ensemble sur les points précédents, nous aurions renforcé la coopération économique entre nos deux pays, relancé plusieurs projets demeurés en suspens.

La délégation nous expliqua que les soldats rwandophones refusaient d’être déployés ailleurs qu’au Kivu et elle espérait que nous réussirions à les convaincre, compte tenu de notre relation historique pas seulement avec les anciens soldats du CNDP mais aussi avec les autres officiers congolais.
D’après eux, ces hommes refusaient d’être transférés dans d’autres parties du pays car Bosco Ntaganda le leur interdisait…Comme de coutume nous avons proposé notre aide même si mon sentiment était que des problèmes de cet ordre devaient être résolus sur une base nationale.
Pour ce qui concerne Bosco Ntaganda, nous avons rappelé que la communauté internationale, qui exigeait l’arrestation de ce dernier, disposait au Congo d’une force de paix onusienne de 20.000 dotés de tanks, d’hélicoptères, de forces spéciales, une force se trouvant en partie à Goma, en face de chez Bosco. Avec lui, les officiers jouaient au tennis, ils fréquentaient les mêmes boîtes de nuit, les mêmes bars et restaurants. Pourquoi ne se sont ils pas chargés de l’arrêter, pourquoi nous ont-ils demandé de le faire ? Nous avons répondu que cette arrestation n’était pas notre affaire, qu’il était un officier congolais très proche du président Kabila, qu’ils avaient fait de curieux business ensemble. Vous souvenez vous de l’histoire de cet avion chargé d’or intercepté à Goma ? De très hauts dirigeants congolais étaient impliqués dans cette affaire. Ntaganda n’était plus sous notre contrôle…
Les membres de la délégation nous ont alors dit qu’ils allaient arrêter Bosco, mais sans le déférer devant la Cour pénale internationale. Nous étions le 5 février et la délégation regagna Kinshasa. Deux jours après cette rencontre, Katumba Mwanke trouva la mort dans un accident d’avion à Bukavu.
Fin mars, le président Kabila renvoya une autre délégation à Kigali, dirigée par le chef des services de sécurité, Kalev, par le colonel Yav Jean-Claude et d’autres. Ils souhaitaient toujours notre assistance car ils ne voulaient pas résoudre les problèmes de l’Est sans notre appui. Quel soutien ? Ils assuraient que Bosco Ntaganda bloquait le transfert de soldats rwandophones dans le reste du pays.
Nous avons alors proposé d’organiser une réunion, à laquelle Bosco Ntaganda participerait et où nous tenterions de le convaincre de le convaincre de laisser ces officiers être déployés ailleurs qu’au Kivu.
La réunion ayant été fixée au 8 avril, le jour dit, nous avons attendu ces gentlemen, mais ils arrivèrent sans Ntaganda car la rumeur avait couru selon laquelle les gouvernements du Rwanda et du Congo se préparaient à l’arrêter. Effrayé, il avait refusé de venir. Les Congolais arrivèrent avec trois officiers, le colonel Sultani Makenka, le colonel Faustin Muhindo et le colonel Innocent Zimurinda. La réunion était censée convaincre Ntaganda, mais ce dernier était absent. « Il a disparu la nuit dernière avec 200 de ses hommes hors de Goma…Peut être se trouve-t-il dans sa ferme du Masisi.. ». J’ai alors fait remarquer que « si Bosco n’est plus là, il ne peut plus empêcher le déploiement de ses officiers, le problème est alors résolu… »
On m’expliqua qu’en fait, il y avait encore un problème et que c’est pour cela que trois officiers étaient là. Nous avons écouté nos interlocuteurs, avec le désir d’aider la RDC, d’une manière amicale, fraternelle. L’importance de cette réunion du 8 avril, c’est qu’il s’agît d’une occasion manquée. Elle marqua le tournant de tout ce qui allait se passer par la suite au Congo.
Si nos interlocuteurs avaient écouté le conseil que nous leur avions donné ce jour là, les choses auraient été bien différentes.
Cette date est cruciale, car lors de cette réunion nous avons écouté les représentants du gouvernement dont Kalev le chef de la Sûreté et le général Yav. Ils ont accusé les officiers rwandophones de refuser d’être déployés ailleurs dans le pays, de ne pas faire partie du système…Kalev a expliqué que le président était déterminé à protéger Bosco Ntaganda, à ne pas le transférer à la CPI mais le faire traduire devant une juridiction congolaise.
Ils ont soulevé tellement de points, j’ai gardé toutes mes notes, les minutes de la réunion… Quant aux trois officiers rwandophones ils ont expliqué : « ce n’est pas Bosco qui nous bloque, mais le fait que beaucoup de points sur lesquels un accord avait été conclu en 2009 n’ont pas été réalisés. Comme préalable à notre déploiement dans d’autres régions du Congo, il fallait rétablir la sécurité au Kivu, régler le problème des FDLR, permettre que nos parents qui depuis tellement longtemps vivent dans des camps de réfugiés au Rwanda puissent rentrer chez eux. » Ils ajoutaient « notre intégration n’a jamais été complète, nous étions payés autrement que les autres militaires, nous avions reçu des grades mais ces derniers n’avaient jamais été confirmés par des arrêtés, et à tout moment nous risquions d’être chassés de l’armée. » Ces officiers évoquèrent la ségrégation, l’exclusion, le fait d’être considérés comme des militaires de deuxième classe… »
De plus ils mentionnèrent le fait que 50 de leurs compagnons d’armes, qui avaient été transférés à Dungu en Province Orientale, avaient été tués en une seule nuit et que le gouvernement n’avait jamais mené d’investigation. Ils citaient le nom du responsable de leur mort, un colonel toujours en service… » « Nous avons été intégrés, certes,mais nous sommes toujours frustrés. Nous étions prêts à contribuer à la paix au Kivu, mais on ne nous aide pas : nous manquons de transport, de communications, de véhicules, d’argent. Rien. Comment pourrions nous ainsi mener des opérations contre les FDLR et d’autres groupes armés ?
Et même lorsque nous entamons ces opérations, les FDLR en sont informés d’avance par des gens qui, depuis les rangs gouvernementaux, leur passent l’information. »
Il y avait tant de plaintes que je ne peux me les rappeler toutes. Je me suis alors adressé à Kalev, lui demandant s’il savait déjà tout cela. Il répondit devant les autres qu’il avait déjà entendu cela tant de fois, qu’il en avait souvent parlé au président mais qu’il n’avait rien pu faire !
J’ai alors demandé comment on pouvait sortir de cette situation. Ils ont répété qu’ils ne pouvaient se déployer hors du Kivu. Les autres ont dit que le gouvernement ne pourrait tolérer l’indiscipline et qu’ils devraient partir. J’ai alors prévenu les représentants du gouvernement, leur disant que cette situation était une bombe à retardement, qu’ils devaient trouver des solutions avant qu’il ne soit trop tard.
Comme je connais très bien la situation du Kivu, que je connais tout le monde là bas, j’ai conclu que l’on se trouvait à la veille d’une guerre. J’ai dit qu’il fallait éviter à tout prix d’en arriver là et que s’ils voulaient quelque assistance, nous étions disposés à les aider à trouver une solution. La guerre, disions nous, va affecter tout le monde, la population congolaise, le Rwanda. De notre point de vue, si la guerre éclate, les FDLR vont regagner du terrain.
A cette même période, le 8 avril, alors que nous recherchions une solution pacifique, le gouvernement congolais envoya vers Goma une importante force militaire, des lanceurs de fusée, des chars T52, des hélicoptères de combat. Goma fut soudain fortement militarisée. Au moment où, avec Kalev le chef de l’information civile et Yav le chef de l’information militaire, nous tentions de résoudre pacifiquement les problèmes, le chef d’état major, le général Etumba et le chef de l’armée de terre Tango Four Amisi débarquèrent à Goma pour renforcer l’effort militaire.
Nous répétions que l’option militaire n’était pas la meilleure, mais ils sont allés de l’avant.
C’ est à ce même moment que des officiers ont commencé à déserter leurs unités, que d’autres ont refusé le déploiement.
Je leur ai alors conseiller de réunifier l’armée, de stopper les transferts, car la situation devenait dangereuse, de se pencher sur l’administration de l’armée, car il y avait beaucoup trop d’irrégularités, de problèmes de commandement, le mécontentement était général.
A propos de Bosco Ntaganda, nous avons dit que s’ il était indiscipliné, cela ne pouvait être toléré, qu’il fallait l’arrêter, où qu’il soit. Ils m’ont dit que cela n’était pas possible car il se trouvait dans sa ferme. J’ai proposé de mener ensemble une nouvelle opération contre les FDLR, de la planifier, de la mener à bien. Quant aux commandants qui avaient refusé de se déplacer, à Kinshasa ou ailleurs, je leur ai conseillé de ne pas être trop durs avec eux, car cela allait créer du chaos. La situation était tellement volatile qu’utiliser contre eux la force militaire pouvait s’avérer dangereux.

Après cette réunion, le président Kabila est venu à Goma, où il a annoncé qu’à tout prix il fallait arrêter Bosco Ntaganda, à tout prix. Ce message était le contraire de ce que j’avais entendu la veille, où on me disait que Bosco pouvait rester dans sa ferme.
A ce moment, il se passait tant de choses ! Lorsque le colonel Zimurinda arriva à Goma, il fut désarmé, mais le même soir, on lui rendit ses armes et son escorte et il rejoignit immédiatement Bosco Ntaganda. Le jour suivant, le colonel Baudouin Ngaruye fut lui aussi désarmé et lorsque le soir on lui rendit ses armes après avoir négocié, il rejoignit Bosco. Le même jour, à Rutshuru le général Amisi donna l’ordre de désarmer tous les soldats de l’ex CNDP. Il y eut alors un clash entre tous ces militaires. Ensuite, à Fizi des officiers de l’ex-Pareco, Saddam et Nsabimana furent désarmés, il y eut des escarmouches et ils fuirent vers Uvira. Le commandant de la région, Delphin Kahimbi, déploya des forces pour les battre à Uvira et Bernard Nyamungu tenta de protéger les fuyards, avant de fuir lui-même vers Bukavu où il fut arrêté. C’est ainsi que commença le chaos.
Quant au colonel Makenga, il retourna à Bukavu après notre réunion. Lorsque le président Kabila arriva à Goma, Makenga était supposé y revenir pour assister à une réunion, et sur la route de Bukavu à Goma, il y eut une embuscade, montée par Delphin Kahimbi. Makenga y échappa et arriva tout de même à Goma mais ne revint jamais à Bukavu.

Cette version est controversée, car selon d’autres sources, Makenga aurait fui par le lac en direction du Rwanda…

Non, il a échappé à l’embuscade et après quelques jours il a appelé Jean-Claude Yav disant qu’il ne pouvait rentrer à Bukavu aussi longtemps que Kahimbi s’y trouverait et il resta à Goma..

Vous êtes sûr qu’il ne s’est pas rendu à Gisenyi à ce moment ?

Non, il est resté à Goma. Makenga n’avait pas l’habitude de venir au Rwanda car il nous en voulait d’avoir arrêter Laurent Nkunda dont il était très proche. Durant ces quelques jours, les combats commencèrent contre Bosco Ntaganda, les FARDC l’attaquèrent dans sa ferme et ils amenèrent des renforts depuis le Sud Kivu. Même Delphin Kahimbi remonta de Bukavu jusque Goma. Le voyant arriver, Makenga quitta Goma à son tour et se rendit à Runyionyi, un endroit qu’il connaissait très bien.
Ce mouvement du colonel Makenga en direction de Runyioni changea tout le scénario de la guerre ; si Bosco n’était pas populaire parmi les soldats, pas même auprès des rwandophones, il n’ en allait pas de même de Makenga : lui il était très populaire auprès des soldats…Son départ provoqua un mouvement de désertion parmi les FARDC..

Les ex CNDP, dans le Masisi, étaient pratiquement vaincus et ils se renforcèrent lorsqu’ils firent mouvement vers Runyonyi. C’est alors que l’on a évoqué l’appui du Rwanda

C’est faux, hopeless. S’ils étaient vaincus, pourquoi ne furent ils pas capturés ?Entre Masisi et Runyoni, il y a une longue distance, plus de sept heures de route. On aurait pu les arrêter, les bloquer…

Mais un cessez le feu avait été décrété, qui leur a permis de fuir…

Non, il n’y a pas eu de cessez le feu. Ce qui s’est passé, c’est que cette force était intacte, avec ses armes et ses commandants, on ne peut pas dire qu’elle ait été défaite. On l’a peut-être laissée passer, intacte.
Ce qui est important, c’est que lorsque Makenga arriva à Runyonyi, il avait 200 soldats. Dans les jours qui suivirent, ils étaient des milliers : des soldats, des officiers firent alors défection et convergèrent pour rejoindre Makenga, il ne s’agissait pas seulement de rwandophones. D’après nos informations, 80% des forces du M23 sont des Hutus, anciens combattants du Pareco. Bashi, Bahutu, Nande, Barega, beaucoup d’autres groupes rejoignirent le M23. Même des membres de la garde rapprochée du président Kabila, des Katangais, des Kasaïens, firent défection et rejoignirent Makenga, tellement il y avait du mécontentement…

Le mauvais management des troupes est au cœur du problème. Comment pouvez vous envoyer des troupes en opération en leur donnant seulement une poignée de haricots secs ! Au lieu de leur envoyer de la nourriture, vous leur donnez un sac de haricots, sans eau, sans sel, sans riz, sans casserole ni bois de feu… C’est impossible.
On ne peut pas dire que l’armée congolaise a échoué à battre le M23, car le M23 était soutenu par le Rwanda. Non. Ils ont échoué parce qu’ils ne peuvent pas se battre, dans les conditions où ils se trouvent. Ils ne tueraient même pas un rat….. Ils pourraient se battre s’ils étaient nourris correctement…

La nourriture ne suffit pas. Il faut aussi une bonne structure de commandement…Après avoir rejoint les rangs du M23, les soldats déserteurs commencèrent à mieux se battre. Pas seulement à cause de la nourriture, mais parce qu’ils se battaient contre un système qui les maltraitait… Dire que le Rwanda soutenait le M23, c’est faux et je vais vous le démontrer…

Vous dites qu’aucun renfort n’a traversé la frontière ?

J’ai connu cette région autrefois. Runyonyi ne se trouve pas sur la frontière, marcher depuis la frontière rwandaise jusque Runyonyi, cela prend au moins onze heures de marche, il faut traverser la forêt car il n’y a pas de routes, il n’y a aucun lien entre Runyonyi et le Rwanda. Toute cette histoire de soutien que le Rwanda aurait apporté est une manipulation. Mais une manipulation très compliquée. Elle implique le gouvernement congolais désireux de sauver la face après sa défaite militaire et sommé d’expliquer pourquoi ses soldats n’ont pas combattu. Elle est soutenue par l’Occident, déçu par le fait que Bosco Ntaganda n’ait pas été arrêté par la Cour pénale et que le Rwanda n’a pas coopéré à cette arrestation. Le Rwanda est puni car il n’a pas coopéré pas avec la Cour pénale internationale, cela, c’est le fond du problème. Tout le monde sait que le Rwanda n’a pas un seul soldat au sein du M23, ne lui donne aucun soutien. Même les Congolais savent cela, ils nous le disaient à titre individuel, mais ils devaient sauver la face…

Mais à Goma fin juin, des transfuges ont témoigné du fait qu’ils avaient été recrutés au Rwanda pour venir combattre au Congo…Que faut-il en penser ?

Vous connaissez le Congo, vous savez comment Goma, Bukavu, c’est un melting pot de mensonges, diffusés à la radio par le gouverneur, le ministre de l’information…

Tout de même, ceux qui ont diffusé ces témoignages que vous qualifiez de mensonges ont été nombreux, issus de différents milieux, y compris des observateurs des Nations unies…

C’est pourquoi je parle d’une machination contre le Rwanda, en connivence avec le gouvernement congolais et la communauté internationale. C’est ainsi. Le problème est là. La Monusco a été au Congo durant plus de dix ans, et elle n’a rien résolu. Elle fait du business avec les FDLR, fait commerce avec l’or, le coltan, nous savons tout cela.
Quant au groupe d’experts de l’ONU, ces jeunes hommes et femmes qui ont rédigé le rapport, comme Steven Hege, qui prône la négociation avec les FDLR, il a aussi été manipulé par le gouvernement congolais.
Comment les Nations unies peuvent elles désigner comme experts des gens aussi jeunes, aussi peu expérimentés, qui se perdent même dans les acronymes. Même leur intégrité est sujette à caution…Ils n’ont pas le niveau de compréhension minimum nécessaire dans cette région.
Pour nous, nous n’allons pas cesser d’avoir des contacts avec la RDC. Des le 1er mai, nous avons eu des contacts au niveau de l’état major. Ils nous ont demandé de les aider et nous allons le faire. Nous leur avons rappelé que le 8 avril ils avaient manqué une occasion d’éviter la guerre. Nous leur avons demandé de stopper les combats afin que nous puissions voir que faire, comment les aider.
A cette époque, nos interlocuteurs congolais nous demandaient explicitement de déplacer nos forces à l’intérieur du Congo, afin de les aider à régler le problème. Nous avons
refusé de bouger nos forces..

Cependant vous aviez des forces basées à Rutshuru…

Oui, elles étaient destinées à combattre les FDLR. Il s’agît de deux compagnies de forces spéciales, aux côtés de deux compagnies de forces spéciales congolaises. Cela fait deux ans qu’elles sont là et elles y sont toujours…

Le 3 mai nous avons eu une autre rencontre à Kigali, avec le ministre de la défense congolais et lui aussi nous a demandé d’intervenir. Mais nous ne pouvions pas voir comment on pourrait régler militairement ce problème. Le 12 mai, nouvelle rencontre des ministres de la défense à Rubavu, ils refont la même demande. Le 18 mai, autre réunion à Kigali, le 26 mai nouvelle rencontre, toujours à Kigali, incluant le ministre congolais des affaires étrangères. A ce moment, la défaite des forces gouvernementales était flagrante. Et c’est à cette réunion, que, pour la première fois, les Congolais ont commencé à accuser les Rwandais d’avoir aidé le M23, et cela alors que nous avions déjà eu tant de réunions, pour examiner comment les aider.
Ils ont seulement mentionné cette accusation et de notre côté nous avons dit que certains commandants avaient intégré des FDLR. Nous avons proposé de mettre en place un mécanisme de vérification commun.
Le 29 mai, les chefs d’état major ont lancé le mécanisme de vérification pour dissiper les rumeurs. Le 19 juin, il y eut un nouveau meeting à Kinshasa mais deux jours auparavant le gouvernement congolais, aux Nations unies, avait accusé le Rwanda…

Entre-temps, à Goma, des transfuges avaient expliqué à la Monusco qu’ils avaient été recrutés au Rwanda pour rejoindre le M23…

Nous avions été informés du fait que l’on était en train de fabriquer des preuves pour mettre en cause le Rwanda et nous en avions informé nos interlocuteurs congolais. Nous leur demandions pourquoi ils faisaient cela.
Il y a d’abord eu le cas de ces 11 personnes, des FDLR qui se trouvaient dans le camp de Mutobo et qui furent envoyés à Runyonyi. Après que j’en aie parlé au colonel Yav, l’histoire disparut. Mais elle resurgit ensuite et on retrouva ces 11 transfuges dans le camp de la Monusco. Kalev, le chef de l’ANR, est à l’origine de toutes ces manipulations, l’histoire a été fabriquée à Goma, présentée à la Monusco et de là elle est partie aux Nations unies…
Il y a tant d’histoires… Jusqu’à la dernière où il est question d’un capitaine Saddam qui fut capturé quelque part par les FARDC. On trouva sur lui une carte d’identité rwandaise et on le présenta au groupe d’experts de l’ONU. Or nous ne connaissons pas cette personne, il n’est pas repris sur les listes de notre armée… La vérité, c’est qu’alors que nous nous trouvions à Goma pour une réunion, le chef de l’intelligence militaire congolaise vint me voir dans ma chambre et, à propos de l’histoire de ce capitaine, il me dit « nous commettons une grande erreur en fabriquant ce genre d’histoires contre le Rwanda, cela nous a déjà coûté tellement cher…Ce capitaine Saddam appartient l’armée congolaise, mais c’est Kalev qui a décidé de fabriquer une fausse carte d’identité rwandaise et d’envoyer ce témoignage truqué aux Nations unies…Comment imaginer que des décisions soient prises sur de telles bases ? »

Si le Rwanda est victime d’une machination, elle est tout de même énorme, avec la participation de personnes différentes, c’est beaucoup…

Il y en a eu tellement, c’est vrai… Mais voyons maintenant les choses en face: les Congolais sont victimes d’un chaos qu’ils ont créé eux-mêmes, la communauté internationale le sait, j’ai les minutes de la réunion des onze ministres des affaires étrangères de la conférence sur la sécurité dans les Grands Lacs, à Nairobi. Le gouvernement congolais y déclare très clairement que la première cause de l’instabilité dans l’est du Congo, c’est la pression internationale mise sur l’arrestation de Bosco Ntaganda. Et ensuite, on met la responsabilité sur le Rwanda !
Quant à nous, nous poursuivons réunions et contacts avec les Congolais. Mais il nous est arrivé de voir débarquer à Kigali deux délégations venues du Congo., Chacune a son propre message, différent de l’autre, et refuse une réunion commune…C’est une confusion totale.
Mais ce qui est très clair, c’est que le président Kabila a été nourri de mensonges par ses gens sur le terrain…
Je crois qu’en commençant cette guerre, les Congolais ont pensé que ce serait une opération rapide. Ils se sont surestimés. Mais lorsque les choses ont commencé à changer sur le terrain, ils ont commencé à chercher un prétexte, et à désigner le Rwanda. D’autant plus facilement que chaque fois que quelque chose ne va pas au Congo, on désigne le Rwanda. A cela s’est ajoutée la frustration de l’Occident qui voulait arrêter Bosco Ntaganda et poussait le président Kabila à le faire. Tout cela engendré un grand chaos.

Je reviens avec la même question : vous pouvez mettre en cause les experts de l’Onu, leur compétence, leur niveau, vous pouvez dénoncer Kalev et les manipulations de l’ANR, mais ne croyez vous pas que les Américains, les Britanniques, et même les Belges ont eux aussi leurs sources d’information. Or tous confirment les mêmes faits. Sont ils tous victimes d’une hallucination collective ?

Nous avons de grosses ambassades au Rwanda, et elles ont les moyens de faire du renseignement. Elles surveillent certainement les mouvements de troupes, de logistique, les mouvements vers la frontière. Or depuis les six dernières années au moins, il n’y a aucun mouvement vers la frontière…Comment le Rwanda pourrait il combattre en RDC sans qu’aucun mouvement ne soit visible ?
Ce qu’elles racontent, ce sont des informations qui leur ont été transmises depuis l’autre côté de la frontière, rien de ce qu’elles ont constaté elles mêmes… Au Rwanda même, elles n’ont rien vu…
Comment, dans ce pays très peuplé, le passage de centaines de soldats, d’armes, de camions aurait il pu passer inaperçu ? Aucune preuve ne peut être fournie…

Le ministre belge Reynders a laissé entendre que des « éléments rwandais non contrôlés » pourraient être impliqués. Cela vous paraît il possible ?

Je suis sûr que les militaires rwandais sont plus contrôlés, mieux organisés que les Belges. Si des éléments incontrôlés existent quelque part, ce serait plutôt dans l’armée belge qu’au sein de l’armée rwandaise. L’armée rwandaise est solide, bien organisés, bien commandée, bien disciplinée, des éléments incontrôlés en son sein ne peuvent pas exister…

Et des recrutements incontrôlés, de Tutsis d’origine congolaise qui se trouveraient en territoire rwandais, c’est impossible aussi ?

Cela, c’est possible. Nous avons camps de réfugiés, à Buyumba, Gatsibo, Kibuye et Kigeme et d’autres réfugiés ne sont pas dans des camps. Qu’il y ait des recrutements dans ces milieux là, c’est très possible, à 100%. J’ai dit aux Congolais que s’ils avaient des informations à propos de ces recrutements, ils pouvaient nous les donner, pour que nous y mettions fin. Mais les Congolais préfèrent faire du bruit et accuser le Rwanda…

Des intérêts privés, mafieux, auraient ils pu être mêlés à tout cela ?

C’est de l’imagination, de la fantaisie, de la confusion totale. Comment le Rwanda pourrait il tolérer de tels mouvements ? La société rwandaise est très disciplinée, nous ne pouvons avoir de tels éléments…Et même si cela était, cela n’expliquerait pas comment toute une armée a pu être battue par quelques centaines d’éléments…Vingt deux mille éléments, équipés de tanks, d’hélicoptères ont été mis en échec par quelques centaines de mutins. Cela montre qu’au Congo il n’y a ni gouvernement ni armée, seulement un grand vide.

Tous ces constats étant faits, la pression étant mise sur le Rwanda, quelles sont les pistes de solution ?

Rwanda n’est pas sous pression. Croyez vous vraiment que les Nations unies pourraient mettre le Rwanda sous pression ? C’est un non sens. Même les sanctions ne nous effraient pas, elles ne signifient rien…

Mais si des fonds sont coupés, des budgets bloqués, cela peut faire mal…

L’argent ce n’est pas un problème. Dans la brousse nous avons déjà survécu sans ressources…Sans aide, nous nous développerons mieux, cela nous donnera plus d’énergie encore. S’ils en sont au point de baser leurs sanctions sur des mensonges, laissons les faire, cela ne risque pas d’influencer le Rwanda. Au Congo, nous n’avons pas commencé ces histoires, nous ne les avons pas soutenues et aujourd’hui nous n’allons pas y aller pour nettoyer leur désordre.
Nous compterons sur nous mêmes comme nous l’avons toujours fait…

Quelles sont les solutions possibles ?

C’est aux Congolais qu’il appartient de les trouver. Et aussi aux Etats membres de la Conférence internationale sur la sécurité dans les Grands Lacs, qui vont se revoir le 5 septembre. Je ne suis pas sûr que la force neutre verra jamais le jour. Par contre ce qui fonctionnera, c’est le mécanisme conjoint de vérification, qui sera composé de trois représentants de chacun des Etats membres de la conférence. Le commandement sera exercé par l’Ouganda, le numéro deux sera originaire de Brazzaville, les autres viendront de RDC, du Rwanda, du Burundi, de l’Angola, de la Tanzanie…Ces officiers vérifieront la frontière entre la RDC et le Rwanda, ils contrôleront aussi sur le terrain l’application du cessez le feu entre l‘armée congolaise et le M23 et la présence des FDLR sur le terrain. Tout cela en attendant l’éventuel déploiement de la force neutre. Si elle vient jamais…

Des négociations avec le M23 sont elles envisageables ?

Cela dépend de ce que décidera la conférence. Maintenant il faut laisser jouer les mécanismes régionaux. Nous nous référerons aux décisions de la Conférence présidée par l’Ouganda…
Si l’on veut sortir de cette crise, il faut que la communauté internationale comprenne qu’en exerçant des pressions sur le Rwanda à propos de la situation en RDC, elle ne fait pas de bien à la RDC : les problèmes sont nés là, c’est là qu’ils doivent être résolus. Et les Congolais doivent savoir que la solution à leurs difficultés ne viendra pas de la communauté internationale, mais d’eux-mêmes. C’est en comptant sur eux-mêmes, en construisant leurs propres mécanismes de gouvernance, leur propre système que les Congolais s’en sortiront… …
Si à Kinshasa ou au Kasaï les gens ont faim et se révoltent, en quoi le Rwanda est il responsable de cette situation ? Où est le lien… Si les Congolais continuent à rechercher à l’extérieur les causes de leurs problèmes, ils rencontreront plus de difficultés encore…C’est en eux-mêmes qu’ils doivent rechercher les solutions…

Propos recueillis à Kigali le 29 août

colette braeckman

Les Kinois s’en contrefichent !

Pour les « kinois », que vous soyez Kabila, Boshab, Ruberwa, Matata, Mende, Onusumba, Makenga, moise Katumbi, etc… nous sommes  tous les mêmes « des Bawuta, des Minasema, des Yuma ».

Lors de la récente réunion de prière, le samedi 25 aout, en la cathedrale du Centenaire tout le monde a pu le constater à la télévision, l’immense église était au trois quarts vide. En réalité les « kinois » n’en n’ont cure du M23,  comme ce  fut le cas de  L’AFDL, du RCD. Eux, ces sont le « ayant droit ». De vos révolutions, de vos rebellions, ils n’en ont rien à cirer, ils ont leurs problemes de survie, leur quotidien  difficile à gérer,  et dont ils sont le seul à détenir le secret. Il est vrai qu’il n’est pas facile de comprendre le fonctionnement et l’état d’esprit de cette catégorie de Congolais, souvent présentée comme imbue de leur qualité de Kinois et n’ayant comme unique sujet de fierté que d’être né à Kinshasa, la capitale, d’en être des « ayant droit ».

Etre Kinois, c’est un état d’esprit et un mode de vie proche de la paresse. Ici, on maîtrise le temps en relation avec le parcours de l’astre solaire, de son réveil le matin du côté de Livulu, à son coucher au delà du fleuve Congo. Un temps reparti entre les séances de jeu de dames en matinée, autour du « Malewa » à midi et l’ambiance du soir  en partageant une bière, une danse et pourquoi pas les femmes.

Une situation qu’ils n’ont pas choisie mais à laquelle ils ont été réduits par la force des choses à cause de la prédation des autres, les Bawuta, les non – Kinois qui ont détruit les emplois et créé le chômage selon les Kinois.

En effet dans le  passé, Kinshasa était un grand centre économique et culturel. Les grandes sociétés kinoises, créées dans les années 30, comme ONATRA, Chanic, Utexco, Snel ou la TCC, ont donné du travail, des logements et développé des activités partout dans la ville. Chanic et Utexco disposaient de leurs camps où logeaient leurs travailleurs du côté de Kintambo. Les fonctionnaires et cadres de l’administration avaient leurs quartiers à Bandal, Matonge et Immocongo (20 mai), tandis que camp Cito ou Kauka, avec ses complexes sportifs hébergeaient les employés de l’ONATRA. Mieux, à la retraite des parents, les enfants – ces Bana Kin, étaient assurés de les succéder, soit à un poste similaire soit à un poste plus important. Cette situation était doublée d’une protection sociale qui faisait des enfants des « ayant – droits » de leurs parents, aussi bien pour les soins médicaux, les fournitures scolaires que par l’accès à l’emploi.

La politique d’accès à la propriété permettait également aux parents de devenir propriétaires de leurs logements. Les enfants de ces derniers, Kinois à part entière, de par leur statut d’ « ayant droit », étaient bénéficiaires de ces acquisitions. Ce qui a fait que, dans l’éducation du Kinois, le respect du bien public, de l’espace public, comme des biens de l’entreprise sont sacrés, si l’on veut que les générations futures ne manquent de rien.

Ce leitmotiv, les Kinois l’ont respecté mais pas les autres, les « Mapeka » qui, fort de leurs diplômes et de leurs positions, se sont emparés de ce que les Kinois et leurs parents ont conservé pour se les partager sans vergogne. On peut aussi se demander si ces Kinois n’avaient pas de diplômés pour faire le contrepoids, bien sûr qu’il y en avait.

Rappelons nous qu’au milieu des années quatre-vingt, Kabaidi, un Kinois, surnommé « enfant terrible » essayera, lorsqu’il sera nommé gouverneur de la ville de Kinshasa, de rendre à sa ville son éclat d’antan par la réhabilitation des espaces verts et des ronds-points de Kinshasa ; mais son successeur, Tshimbombo, non – Kinois, prédateur et corrompu, en arrêtera l’expérience. Et c’est de cette période que date, selon les Kinois, leur aversion à l’égard des « Yuma », « Bawuta » et « Mapeka ». Qui  à leurs yeux, ont détruit leur ville et ses infrastructures, mis en faillite toutes les entreprises que leurs pères ont bien gérées aux côtés des « Blancs » parce qu’ignorant complètement leur histoire, l’histoire de leur ville et de ses entreprises qui leur appartenaient un peu. Puisqu’ils y avaient investi aussi. Les autres, les « Bawuta », prédateurs, ont tout détruit, inconsciemment ou sciemment.

Bref, leur kinshasa, qu’un kinois d’âme et  de cœur, MOBUTU SESE,  avait agrandi et embelli, les autres l’ont cochonné. Aujourd’hui, Kin est synonyme de petits cireurs de chaussures, des malewas et des kulunas. Aujourd’hui, personne ne se gêne de parler de “Kin-la-poubelle”. L’insalubrité s’est installée dans tous les coins de rue. Qu’il s’agisse du Marché central, situé dans la commune de Gombe et qui devrait faire la fierté de cette entité, tout comme toutes les autres places de négoces, l’insalubrité bat son plein. Les rivières traversant la capitale de la RDC sont devenues de véritables dépotoirs. Kalamu, Lukaya, Makelele, et autres rivières regorgent aujourd’hui une bonne partie des déchets produits par les Kinois.

Dans presque tous les marchés, les conditions de vente sont des plus exécrables. Des denrées alimentaires sont étalées à même le sol, ou sur des sacs voire même des pagnes. Les clients qui viennent s’approvisionner marchent des fois, par inadvertance, sur les aliments. Ces femmes qui étalent leurs produits à même le sol et le plus souvent à l’entrée du marché ne manquent pas d’arguments : à l’intérieur, soutiennent-elles, elles risquent de rester inaperçues. En se mettant en vedette, elles ont plus de chance d’être vues et donc de pouvoir vendre.

Les kinois qui avaient l’habitude de balayer une fois par semaine dans les marchés ou devant certains édifices publics voire même devant leurs maisons d’habitation, sur recommandation de l’autorité, « le salongo », ont perdu ces bonnes manières. Et le manque des poubelles constitue aussi une lacune à combler. Pour exemple, une fois devant une rivière comme Kalamu, il est pratiquement impossible de respirer à cause de l’odeur nauséabonde que dégagent les immondices à longueur des journées.

Comme les autres rivières, Kalamu n’est pas curée depuis bien longtemps. Les riverains et autres ont pris l’habitude d‘y déverser leurs balayures, détritus, voire même des cadavres d’animaux et fœtus sans se soucier des conséquences sur la coulée des eaux. C’est justement à cause de cela que les rivières sont bouchées et causent des inondations plus tard avec le débordement lors de fortes précipitations. L’eau se forge un autre passage tant bien que mal ailleurs. Pire encore, les riverains ont canalisé les tuyaux de leurs fosses septiques vers ces rivières.

Pour les habitants de Matonge, quartier que traverse une bonne partie de la rivière Kalamu, il est lointain le souvenir des enfants se baignant dans la rivière, buvant cette eau ou encore des femmes y faisant calmement leur lessive. Parler du M23, c’est le cadet des soucis des kinois.

Kinshasa d’aujourd’hui,  ces sont les Malewa , un repas déjà prêt à la consommation et vendu dans les restaurants de fortune de la capitale de la RDC. Jadis, méconnu des Kinois, le Malewa est apparu à Kinshasa vers les dix dernières années et cela fait suite à la précarité qui a élu domicile à travers la ville. En effet, le Kinois vit au jour le jour, quittant très tôt à jeun son lit pour l’administration, l’informel ou les affaires, il ne rentrera que fort tard la nuit tombée.   Qu’ils sont à compter sur le bout du doigt, les rares Kinois capables de s’offrir de nos jours un repas copieux à midi. Le reste de la population se voit réduit à vivre la
débrouillardise : c’est-à-dire un repas peu consistant car manquant le strict minimum nécessaire pour la survie.   Pour les travailleurs de l’administration publique, les chauffeurs, les vendeurs, les tailleurs et autres, le« Malewa » reste sans contredit, la solution la mieux indiquée pendant la pause.   Très souvent visible à proximité de certains services administratifs, à côté des garages, dans les ports etc…

 

Kinshasa, c’est aussi l’insécurité generalisée. Un vaste mouvement de violence est en train de prendre de l’ampleur à Kinshasa. Des jeunes sportifs constitués en groupes de gangs abusent de leurs muscles en semant la panique et la terreur dans certaines communes et quartiers chauds de la ville, à savoir : Matete, N’djili, Ngaba, Kintambo, Mombele, Masina, Kauka, Yolo, et Makala pour ne citer que ceux-là.  l’on assiste volontiers à des scènes de bagarres rangées entre bandes rivales d’une rare violence, et ce, en plein jour comme au crépuscule à coups de couteaux, machettes, bouteilles et autres projectiles.  Panique generale; les lieux se vident et le camp qui aura pris le dessus sur l’autre sanctionne son forfait par une vraie scène de pillage emportant au passage : chaises en plastique, tables et autres et cela sous les regards impuissants de ceux-là mêmes, habiletés à protéger les personnes et leurs biens. A leur passage, les badauds courent dans tous les sens scandant : « kuluna, kuluna ». Alors, parler de l’insécurité à l’Est, les kinois s’en contrefoutent comme de l’an 40. L’insecurité, ils la vivent tous les jours dans leurs quartiers. 

Plus que l’eau, dont la distribution est inégale selon les quartiers, c’est le manque d’électricité qui rend le quotidien difficile. Quand ce n’est pas l’offre qui est en cause, c’est l’état du réseau. Pour pallier les pénuries, on s’entraide. Quand on n’a pas d’électricité, on se branche chez le voisin ; pour éviter les surcharges, on organise des délestages. Et, en cas de panne, on s’éclaire à la bougie. Mais alors, plus de bière fraîche ni de télé. Et, les kinois savent que ce n’est pas la faute au M23.

La croissance anarchique de la capitale est un autre problème. Depuis l’indépendance, l’extension de Kinshasa, qui compte vingt-quatre communes, dont certaines sont tout ou partie rurales, comme Nsele et Maluku, s’est faite sans plan directeur. L’habitat anarchique est pratique courante. Elle a commencé en 1959, donnant naissance aux populeuses communes de Ngaba, Masina, Kimbanseke, Makala, Bumbu et Selembao. Les nouvelles zones d’extension – sud de Ngaliema, de Mont-Ngafula et Nsele – n’y échappent pas. On construit sans normes ni équipement, et plutôt des maisons que des habitations à étages. À part quelques immeubles érigés à l’époque coloniale pour les « indigènes » et les tours de la Gombe. Malgré la frénésie actuelle de construction, le patrimoine ancien n’a pas subi de lifting. Le bas revenu, qui oblige plusieurs générations à cohabiter dans une même parcelle, permettent tout juste de donner un coup de peinture. Les occupations anarchiques, le manque d’électricité et d’assainissement, ont fini par poser de sérieux problèmes environnementaux. « On ne sait plus où mettre les ordures ménagères. La ville est sale, s’indigne un Kinois. Beaucoup d’arbres ont été coupés pour les besoins de construction et la fabrication de charbon de bois. Si bien qu’à Ngaliema, Mont-Ngafula, Kisenso et Lemba des maisons s’effondrent à cause de l’érosion. » Alors, parler de Bunagana et Rutshuru aux kinois entassés les uns sur les autres relève simplement de l’irrationnel de haut niveau. Autant leur parler de Saturne ou de Mars.

La vétusté des moyens de transport- taxis collectifs et fula-fula (minibus)-, l’augmentation du parc automobile et le mauvais état de la voirie rendent les déplacements difficiles dans une ville de près de 10 000 km2, qui s’étend sur 30 km d’est en ouest et plus de 60 km du nord au sud. Des routes ont été réhabilitées, mais le démarrage des fameux cinq chantiers du chef de l’État (les « Tshen, tshen, tshen », comme les appellent les Kinois, faisant allusion aux compagnies et ouvriers chinois qui les construisent), censés améliorer l’état du réseau, traîne. La seule réalisation concrète concerne le boulevard du 30-Juin, dont on a enlevé le terre-plein central et coupé les arbres centenaires qui le bordaient, pour élargir la chaussée… « A-t-on vraiment besoin d’une autoroute en centre-ville ? » s’interrogent nombre de Kinois. Ailleurs, les trous rendent la circulation chaotique et se transforment en mares à la saison des pluies.

Lambert Mende aura beau crier sur tous les toits que les congolais sont mobilisés comme un seul homme contre les M23, il ment et les congolais le savent. Sans promesses de distribuer des pagnes, de faire couler la bière à gogo et de distribuer des perdiem aux cadres,  la majorite presidentielle est incapable de tenir un metting a kinshasa et partout ailleurs dans la republique.Le recrutement de jeunes recrues au Nord-kivu est un veritable échec. Un militaire s’est donné la mort hier au camp katindo, apres avoir tué sa femme et ses trois enfants. La carrière militaire n’est guère une carrière d’avenir. Et Pourtant, l’armée est le socle de tout Etat.

La rédaction du http://www.m23mars.org

US approves new once-a-day pill to treat HIV

  • US approves new once-a-day pill to treat HIV

    US approves new once-a-day pill …

A new pill to treat HIV infection — combining two previously approved drugs plus two new ones — has been approved for adults living with the virus that causes AIDS, US regulators said Monday.

The single daily dose of Stribild provides a complete treatment regimen for HIV infection, the US Food and Drug Administration said in a statement, and is meant for people who have not already received treatment with other HIV drugs.

“Through continued research and drug development, treatment for those infected with HIV has evolved from multi-pill regimens to single-pill regimens,” said Edward Cox, director of the Office of Antimicrobial Products in the FDA’s Center for Drug Evaluation and Research.

“New combination HIV drugs like Stribild help simplify treatment regimens.”

The new pill, previously called Quad, is made by Gilead Sciences in California and “should be available to patients by the end of the week,” company spokeswoman Erin Rau told AFP.

The company said it tested the pill in two double-blind clinical trials of more than 1,400 patients.

Results showed that Stribild performed as well or better than two other treatment combinations, and brought virus readings down to undetectable levels in around nine of 10 patients after 48 weeks.

“Therapies that address the individual needs of patients are critical to enhancing adherence and increasing the potential for treatment success,” Gilead chief John Martin said in a company statement.

But some advocates say the new pill is priced far too high.

“We wanted to see (a price of) no more than the current drug,” said Michael Weinstein, president of the AIDS Healthcare Foundation, referring to Gilead’s previously approved three-in-one pill, Atripla. But he said the price will be about a third higher than the three-pill combo.

The new drug “is not a significant improvement over existing therapies,” Weinstein told AFP, adding the cost will “severely limit access” to the new medication.

Gilead is charging wholesalers $28,500 a year for the drug, but said it will provide discounts to state assistance programs and has created a patient financial-assistance program, Rau said.

This is Gilead’s third single-tablet anti-HIV combination therapy, the company noted, adding it is still seeking approval for the newest offering in Australia, Canada and the European Union.

To get the drug to HIV patients in the developing world, where millions lack access to effective treatment options, generic versions are being developed — with permission and help from Gilead — by a number of Indian manufacturers and the Medicines Patent Pool, a non-profit that helps facilitate generic drug-making.

The drug combines Truvada — another Gilead offering approved in 2004, that combines emtricitabine and tenofovir disoproxil fumarate to fight an enzyme that HIV needs to replicate — with elvitegravir, another enzyme-fighting drug, and cobicistat, which enhances the effects of elvitegravir.

The FDA said further study is required to determine the quad-drug’s safety for women and children, how resistance may develop, and whether the drug interacts with other drugs.

Stribild will also be required to carry a label warning patients and health care providers the drug can cause fatal side effects, including severe liver problems, and a build-up of lactic acid in the blood. The FDA said the label is also required for many other HIV-fighting drugs.

But Gilead said that during the studies, “most adverse effects were mild to moderate.” The FDA said patients commonly experienced nausea and diarrhea.

The drug also weakened bones and caused or worsened kidney problems — both of which will be mentioned in a warning on the drug’s label.

Truvada was previously approved as a treatment for people infected with HIV to be used in combination with other antiretroviral drugs.

In July, it was also approved for use by healthy at-risk adults to prevent HIV, the first-ever daily pill approved for that purpose.

This year, the FDA also approved the first rapid HIV test that can be bought without a prescription and taken at home.

nss/vlk

Man Fractures Penis After Taking Sex Pill, Lawsuit Claims

By SUSAN DONALDSON JAMES | Good Morning America – Wed, Aug 29, 2012

A 29-year-old man has sued the manufacturers of a sexual enhancement supplement, claiming it caused his penis to fracture in a horrifying incident at Houston motel last year.

But though Adrian Carter of Texas blames the supplement, three urologists told ABCNews.com com that penile fractures are most often the result of rough sex.

Adrian Carter of Texas said he purchased VirilisPro in the “early morning hours” at a Chevron gas station en route to the Scottish Inn, where he had sex with his “paramour,” according to the lawsuit.

Later, during intercourse, he had “significant pain and observed a large quantity of blood squirting out of his penis onto the sheets, walls and mirror,” according to the lawsuit filed Aug. 27 in the district court of Harris County, Texas.

Emergency room doctors had to “deglove” Carter’s penis in order to repair it, rendering him unable to have sex or future children, Carter claimed.

The lawsuit said VirilisPro was “defective and unreasonably dangerous for use by consumers.”

“It was pretty horrific to view the pictures,” Carter’s lawyer, Melissa Moore, told ABCNews.com. “I know it sounds unusual. … He was young and healthy and on no other meds at the time he took the supplement.”

Named in the lawsuit were the drug manufacturer, Haute Health Limited Liability Company, Carney & Carney Financial Services, individuals Michael Heilig and Michael and Tyra Carney, and Solid Rock Worship Company, all located in New Jersey.

ABCNews.com was unable to reach any of the defendants for comment.

Carter is seeking medical expenses and punitive damages for product liability, negligence, breach of warranty, deceptive trade, mental anguish, pain and suffering and “past and future loss of consortium.”

He alleged that when he purchased the supplement, the store clerk suggested the product as “natural and safe.”

Carter’s doctor, who is continuing follow-up treatment, “directly linked” the penis injury to the supplement, Moore said.

But urologists said penile fractures usually are caused by traumatic sexual intercourse.

And they are fairly common, according to Dr. Chad Ritenour, associate professor of urology at Emory University School of Medicine in Atlanta. He sees a case — called “eggplant penis” — at least once a month.

“I never heard of anyone being put at a higher risk for fracture because of a prescription or an herbal drug,” said Carney. “With a fracture, you typically get swelling and the penis looks like an eggplant — purple and swollen. But blood coming out on the walls, that sounds really dramatic.

“The typical story is that someone is having intercourse and, in the course of an erection, they miss an opening and hit a pelvic bone in their partner,” he said. “In the classic case, you hear a ‘pop’ and feel something immediately.”

Carter said he was taken to a local emergency room, where the doctor diagnosed him with “gross hematuria” — blood in his urine — as well as penile fracture and a urethral injury, according to the lawsuit.

There, after “initial exploratory surgery,” doctors allegedly “degloved,” or removed the skin from the penis, and repaired his urethra, which had “separated completely.”

Carter was released from the hospital after a few days, but a catheter remained in place for three days, according to the lawsuit.

“Doctors again warned him that he may never have an erection or be able to father children and his ureters may close, resulting in permanent inability to urinate naturally,” according to court papers.

Dr. Jeanne O’Brien, an associate professor of urology and male fertility, said penile fractures can traumatize the urethra.

“They often happen together and it is routine to clear the urethra in cases of penile fracture,” she wrote in an email to ABCNews.com. “Surgical repair is the only option in these cases.”

Surgery can cause permanent erectile dysfunction, obstruction of the urethra and, rarely, urinary incontinence and “retrograde ejaculation,” she said.

VirilisPro Claims Harder Erection

According to its website, VirilisPro is a supplement to improve sexual performance that “works to give you a harder erection for natural male enlargement and a more intense orgasm. It also helps lower your recovery time and increase sexual stamina for total sexual enhancement.”

Its online advertising says that the product is “made with only natural ingredients to prevent harmful side effects.” Its ingredients are listed as a 450 mg “proprietary blend” of epimedium, tribulus terrestris, panax ginseng, rhodiola rosea, lycium chinese and yohimbe extract.

Male consumers are instructed to take it 30 minutes before intercourse and only use one pill in a 36-hour period. The ad warns the user to “always check with a healthcare professional” first.

The Food and Drug Administration does not regulate dietary supplements in the same ways they do food and drugs. The dietary ingredient manufacturer is responsible for ensuring that it is safe before marketing it. The FDA can take action against any unsafe supplement, according to their guidelines.

Alleging that supplements caused penile fracture is “the most absurd thing I have heard of in my life,” according to Dr. Jeff Carney, chief of urology at Grady Memorial Hospital and a trauma specialist.

Some of Carter’s symptoms as described in the court papers ring true — pain and swelling, according to Carney, but other details are “overly dramatic,” he said.

Degloving would never have been done in an emergency room, but by a skilled surgeon, he said. If the urinary channel is also affected by the fracture, the injury can be bloody, but “blood squirting out helter skelter” is not possible, “I can guarantee you,” he said.

“When a man breaks his penis it can be very scary,” said Carter. “I believe he took this story and spiced it up.”

Carney said that he has heard “everything under the sun” when men arrive in the emergency room with a fractured penis. “The most common one told is they walked into an ironing board.”

“I suppose it’s possible you could get up in the middle of the night with a hard erection and a walk into a wall and break your penis,” he said.

Urologist Ritenour agreed.

“You never know if you are getting the real story,” he said. “People are embarrassed. The real point of this story is that this is a medical emergency and you really need to come and be seen so it can be handled surgically and fixed.”

Nord-Kivu: Affrontent à Ngungu dans le Masisi et Kalehe

Les Forces armées de la RDC (FARDC) font face, depuis tôt ce lundi matin, à l’attaque des déserteurs des groupes Makoma et Badege dans la localité de Ngungu et aux miliciens Maï-Maï Raïa Mutomboki, à Kasake (territoire de Masisi), à 65 km au Nord de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu.

Selon nos sources dans la région, la première attaque a été menée par ces deux réfractaires des FARDC a Ngungu vers 3 heures du matin tandis que les Raia Mutomboki ont attaqué une autre position FARDC à Kasake 12 km de Ngungu avant que ces affrontement ne se généralisent dans la localité.

Sans donner le bilan de ces attaques, le porte-parole militaire au Nord-Kivu indique que les combats se sont interrompus vers 8 heures locales et un calme relatif règne dans cette contrée.

D’autres sources dans la région indiquent par contre que la situation est encore confuse sur le terrain. Selon elle, on ne connaît pas qui contrôlent réellement les localités de Ngungu et Kasake.

La population a fui vers plusieurs directions notamment vers Ruzirampaka, Kalehe, Karuba, Kibabi et Rubaya, affirme un élu de la région.

Mercredi 22 août à Kalehe, des militaires du 1006e régiment avaient tué trois miliciens Raïa Mutomboki, obéissant au lieutenant colonel déserteur Makoma.

Un civil a avait également trouvé la mort au cours de ces combats où un milicien était capturé par les Forces armées de la RDC.

Radio Okapi

Humour : A Robot which slaps

A man bought a robot which slaps whoever tells lies.
At the dinner table, the man asked his son, “Were you at school today?” The son nodded and the robot slapped his son. The father, upon hearing this got angry and said, “Where were you?” “At my friends home, “replied the son, who received another slap. “Fine I was at the movies,” he admitted. “What were you watching?” asked th
e dad. “Harry potter,” replied the son without looking. He received another slap. “Fine I was watching porn. The father was furious and stated,” when I was your age, I didn’t even know what porn was!” The robot slapped the father.
His wife laughed and said, “after all, he is your son!” The robot slapped the wife.