Les FARDC, spectacle, claque, « re-claque » et débâcle ! – M23 NEWS

 

FARDC AZOLELA NZALA

FARDC AZOLELA NZALA

Rutshuru, Le 12/7/2012

Les FARDC sont nos braves compagnons d’armes, courageux, résistants, combatifs, mais ne dit-on pas « qu’à l’impossible, nul n’est tenu ». Ils sont aujourd’hui officiellement 125.000 hommes, dont environ 18 brigades “intégrées” – 45.000 hommes – et 45 régiments -65.000 hommes qui ont suivi ces dernières années le processus de réforme de l’armée, appuyé par la communauté internationale – principalement l’Afrique du sud, l’Angola et la Belgique. L’Union européenne est aussi présente avec une mission de conseil et d’assistance de l’UE en matière de réforme du secteur de la sécurité en République démocratique du Congo, EUSEC RD Congo.

Kinshasa, la pieuvre assoiffée du sang et de l’argent de nos vaillants compagnons d’armes rencontre d’énormes difficultés pour gérer et contrôler son armée en déliquescence, dans un pays de 2,3 millions de km2 aux communications souvent difficiles, quasi inexistantes.

 La désorganisation la plus totale règne aujourd’hui dans les rangs des FARDC, les forces armées de la RDC, au Nord-Kivu. Les militaires sont souvent livrés à eux-mêmes, les commandants se sentent isolés, prennent des initiatives malheureuses et ont l’impression d’être abandonnés par Kinshasa. Leur moral est au plus bas, et l’Etat-major n’a même plus aujourd’hui les moyens de réarticuler son dispositif. C’est la faute à Gavroche comme dirait JJ Rousseau.

Sur le front, les fonds destinés au ravitaillement se volatilisent souvent avant d’arriver à la troupe, encourageant immanquablement les soldats à la rapine ou aux pillages. C’est la faute à Gavroche et il faut le lapider.

L’armée gouvernementale congolaise, qui vient de s’illustrer une fois encore par, des défaites cuisantes à répétition contre la rébellion du M23, son indiscipline et ses exactions, est un amalgame improbable de soldats et d’ex-rebelles, mal payés et au commandement désorganisé plus avide d’argent que de gloires militaires. Ces généraux ont quitté contre leur gré leurs très luxueuses villas de Kinshasa et leurs équipes de foot chéries, à l’instar du généralissime « Tango Four », Ah oui MAYALA Teinkeur alias vainqueur a été remplacé par le Diamantaire BAUMA, un Ex-FAZ qui remplace un Ex-FAZ.

Après une humiliante débandade à Bunagana, Tshegerero, Ntamugenga, Rutshuru, Kiwanja, l’armée régulière s’est  illustrée cette semaine en pliant bagages subitement  laissant ainsi le champ libre aux militaires du M23.  Mécontents d’abandonner les sacs des ‘’Makayabo’’ poissons salés à peine reçu alors qu’ils venaient de faire 8 jours à se nourrir des maïs cueillis dans les champs de la population  et sans avoir été payés depuis qu’ils sont au front, des soldats ont commencé à tout mettre à sac, semant la panique générale sur leur passage, alors que des rumeurs d’attaques rebelles contribuaient encore un peu plus au chaos. Certains  de ces derniers, faits prisonniers, nous ont avoué n’avoir plus mangé depuis trois jours voire plus. Que fera la population ? il faut, certes, demander à Gavroche ou alors lapider ses frères à Goma

Les autorités militaires congolaises refusent généralement de s’exprimer sur ces questions. L’armée est dans une situation très difficille, concèdent pour leur part plusieures chancelleries à Kinshasa “Elle est trés loin d’etre consolidée, avec une exécrable gestion de fonds”. Non, nous dira Evariste BOSHAB, la solution a été trouvée lors de la matinée politique que le PPRD a organisé ce mercredi 11.07.2012

Les accusations contre l’armée régulière ne sont pas nouvelles.  La MONUSCO estime généralement que 50% des violations des droits de l’Homme en RDC étaient le fait des Forces armées de la RDC (FARDC). “Mal entraînés, peu disciplinés, fréquemment non rétribués et manquant de l’essentiel, les soldats du gouvernement commettent de nombreux crimes au cours de pillages“, note souvent l’organisation Human Rights Watch (HRW). Exécutions sommaires, arrestations arbitraires, violences sexuelles et pillages… la liste est longue, selon HRW et Amnesty international, en particulier dans le Nord-Kivu.

Face aux soldats aguerris et bien entraînés du M23, l’armée n’a subi que des revers, alors que plus de  25.000 soldats “intégrés”, sont actuellement déployés dans le seul territoire de Rutshuru, au Nord-Kivu.

Le détournement et la dilapidation des fonds destinés au ravitaillement des troupes FARDC par leurs supérieurs hiérarchiques loin d’être réprimés, encouragent immanquablement les soldats à la rapine ou aux pillages. Il faut bien que nos généraux construisent villas et galléries marchandes. Ah oui ! Un cargo militaire a été vu à l’aéroport international de Goma embarquer 4 chevaux appartenant à un Général sans fonction. 

 Bigiyekurema  thérèse

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s